Archives mensuelles : janvier 2008

Ombres et lumières

     La faible lumière d’hiver conduit l’observateur curieux à analyser les effets de l’éclairage sur les choses. Aujourd’hui place au photographe, un autre jour le peintre et le sculpteur se tiendront devant le chevalet. Le volume le plus simple, la sphère, n’existe que par le jeu des échanges entre ombre et lumière. Pensez à la lune et voyez soit la boule de souris blottie dans cet indispensable outil, soit l’oeuf tout juste sorti de sa boîte. La force et l’angle des rayons lumineux modèlent ces volumes auxquels notre oeil est habitué :

boule de souris

coquille d'oeuf

     Le photographe modèle l’espace par l’utilisation choisie des ombres et de la lumière sur l’objet inanimé, lui donnant vie ou âme pour formuler comme le poète :

médaille de bronze

     Ou encore, utilisant le plein contre-jour qui projette une ombre par transparence il donne l’illusion d’une présence cachée que seule la forme trahit. La fleur de phalaenopsis, l’araignée-crabe et les spores de scolopendre ci-dessous témoignent de cet exercice.

ombre d'araignée-crabe

fleur de phalaenopsis en éclairage de face

fleur en contre-jour

spores de scolopendre en contre-jour

spores véritables sur la feuille

     Oublions la technique et laissons-nous surprendre par le fabuleux spectacle de la nature. Bien inattendue cette vitrine de toiles d’araignée dans le levant chargé de rosée et quel éclat dans cette pézize rouge, hôte des sous-bois riches en brindilles décomposées qu’une roulante goutte d’eau vivifie par un effet de loupe !

toiles d'araignées

pézize rouge

Des traces en hiver

     Espoir de jeux la neige permet aussi de poser sa réflexion au sol, de lire des hypothèses à partir des traces nouvelles qu’elle révèle. On sort de chez soi disposé à lire autrement notre environnement. Il est facile de gamberger. Voyez ce paysage dont la neige facilite l’interprétation de son évolution mise en relief par les constructions humaines et leurs réseaux aux formes géométriques. A Fumay, cercles et radiantes illustrent la superposition des temps historiques à l’intérieur d’une boucle de la Meuse.

Fumay sous la neige

     Quittons la Meuse ! Avec Péguy de préférence : « Adieu Meuse endormeuse et douce à mon enfance, Qui demeures aux prés où tu coules tout bas. Meuse, Adieu : j’ai déjà commencé ma partance Vers des pays nouveaux où tu ne coules pas. » (in Le Mystère de Jeanne d’Arc)

     A Vanault-le-Châtel l’enceinte féodale du début du XIIe s. développe depuis l’avion et sous la neige fondante tout le tracé de ses structures. Les archéologues de l’air, oiseaux de proies des temps enfouis, se délectent à l’annonce de la chute imminente de cette froide visiteuse et s’en lèchent les faces du bec. Leur oeil de faucon a en effet bien souvent découvert en cette circonstance bien des témoignages cachés que les autres indices n’avaient pas permis de détecter.

enceinte féodale de Vanault-le-Châtel (51)

Information synthétique sur ce thème ici :  http://www.archeologie-aerienne.culture.gouv.fr/fr/ 

   Dans le vieux cimetière de Paissy les pierres tombales au dessin plus apparent que d’ordinaire racontent sous la blanche protection de la neige des bribes du vécu de leurs occupants.

vieille tombe à Paissy

tombe britannique 14-18

calvaire sous la neige

     Le Christ du calvaire sait dès Noël enneigé que Pâques illuminé enroulera et pliera ce linceul blanc, attribut scripturaire devenu inutile parure. Plus opportuniste l’homme ordinaire se contente de dire « Noël aux tisons, Pâques au balcon ! »

     Quant aux activités humaines actuelles la couverture neigeuse les fige et comme des indiens accroupis sur la piste du bison nous aimons décelé les indices  et peut-être savoir qui est passé là et quand. Rêve de pare-buffles à l’avant de nos 4 x 4 !

sentier enneigé

     Si le nombre d’habitants du village est réduit il sera aisé de connaître le propriétaire de l’engin qui a signé bien malgré lui son parcours

traces de pneus

     D’autres locataires de la terre piétinent ici et là. Il ne leur est pas nécessaire de montrer patte blanche pour s’affranchir de facto de nos lois. Ils franchissent nos limites à la légère, passent au travers des mailles comme le confirme ce théâtre d’ombres portées d’un grillage. Cause toujours mon lapin !

pattes de lapin dans la neige  

Cristaux

    Approchons-nous de ces curieux assemblages de cristaux de glace que le gel, l’absence de vent et une certaine humidité constuisent certains jours d’hiver.

givre dans le pré

    Percussions crépitantes, craquements sous les pas, étincelles dans le pré. Approchons encore.

diamants de givre

paillettes glacées

Il apparaît ici que ce givre évoque assez une couche de verre blanc pilé, sens du mot « givrée ». Terminons avec un contraste, celui du support que constitue une tige de ronce rouge corail et les cristaux qui curieusement se sont développés parallèlement au sol et non perpendiculairement au support.

givre sur ronce

    M’accompagnerez-vous encore la semaine prochaine dans ce cheminement hivernal, ces feuilles bloggeuses paraissant les 7, 14, 21 et 28 du mois ?

 

Voeux

         Le soleil d’hiver, bas sur l’horizon, favorise la vue en contre-jour. J’en joue. Que ce bouquet de graines de liane commune, que ces cristaux de givre soient, chers lectrices et lecteurs de ce blog, mes messagers vous souhaitant une année 2008 paisible !

graine de liane

                      feuille lierre et givre

         Un blog de plus ? Celui-ci, comme le laisse entendre son titre, souhaite montrer par la photographie et d’autres procédés quelques réalités dérobées à mon environnement du moment et vous en faire part avec l’étonnement de la passion, visant à vous séduire. Son titre fait allusion à une oeuvre célèbre de Guillaume de Machaut rédigée en 1364 en l’honneur de la jeune Péronnelle d’Armentières, inspiratrice du poète.