Archives mensuelles : mai 2010

Ma tonkiki matonkiki ma tonkinoise…

jonque tonkinoise, maquette du XIXe s.

Comme vous le voyez, ma tonkinoise est cette jonque. Elle me vient d’un arrière-grand-oncle côté maternel qui selon la tradition orale familiale aurait participé à l’une des guerres du Tonkin, il était du reste surnommé le Tonkinois. Loin dans le temps et l’espace mais essayons d’y comprendre quelque chose. Le Tonkin est une ancienne province annamite, aujourd’hui rattachée au Viêt-nam, lui même issu d’une partie de l’Indochine française.

France et Tonkin sur un globe allemand de 1869

La France est intervenue dans cette région à partir de 1873. Elle a lutté (Garnier, Courbet) contre des troupes irrégulières chinoises nommées les ‘Pavillons noirs’ -T’ai-P’ing jusqu’en 1885 (Lang Son) puis la Chine accorde à la France le Tonkin et un protectorat sur l’Annam. A la fin du siècle la Chine est démantelée, la France et la Grande-Bretagne dominent le monde et l’Europe est la première puissance mondiale.

image d'Epinal représentant la guerre du Tonkin

troupes françaises contre ‘Pavillons noirs’ sur une image d’Epinal.

 

le Tonkin sur une carte d'atlas en 1923

carte du Bas-Tonkin sur l’Atlas Universel Quillet, le Monde français, 1923

 

Voilà comment à partir d’un objet on peut refaire le monde, s’interroger sur l’histoire, voyager jusqu’à cette magnifique Baie d’Along (orthographe française) et ses étranges pains de sucre surgissant des flots, formation karstique que l’on retrouve aussi dans la province de Guangxi, à Guilin en Chine. Bien des souvenirs de la colonisation demeurent, amers ou heureux, témoins d’une page de notre histoire souvent disputés avec nos voisins, britanniques en premier lieu car on ne prête qu’aux riches. Il est vain de débattre des avantages et inconvénients de la colonisation car c’est le principe même de colonisation qui est vicié dès l’origine ; il ne pouvait aboutir qu’à la décolonisation. Entre les deux points des êtres humains ont souffert pendant que d’autres ont amassé des biens, souvent dans des zones de non droit où règne la loi du plus fort.

carte postale de la présence française au Tonkin

carte postale extraite de l’ouvrage d’E. et G. Deroo et M.-C. de Taillac « Aux Colonies, où l’on découvre les vestiges d’un empire englouti », France-Loisirs, Paris, 1992, p.99

Je ne saurais clore sans évoquer l’illustre chanson ‘Ma tonkinoise’ musique de Vincent Scotto et paroles d’Henri Christiné, inspirée par ‘le Navigatore’ de G. Villard. Chantée par Polin en 1906 elle a intégré le répertoire de nombreux artistes dont Mistinguett, M. Chevalier puis Joséphine Baker en 1930. Ses paroles ont été détournées par Théodore Botrel qui en fit une romance d’amour troupier également célèbre. Si vous souhaitez en savoir plus sur cette chanson qui fait partie du répertoire culturel français en chansons vous pourriez consulter avec profit :

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Petite_Tonkinoise

et sur l’Indochine le très beau et riche site lié ci-dessous où vous pourrez admirer entre autres quelques clichés d’époque coloniale et lire des écrits des plus signifiants :

http://belleindochine.free.fr/sommaire.htm