Archives mensuelles : avril 2012

Rousseau Jean-Jacques lu par Alan Seeger à Craonnelle

Si j’évoque Craonne vous entendrez peut-être la chanson, mais Craonnelle ? Sachez que ce village, sans doute à l’origine un petit ‘Craonne‘ est situé tout à côté du grand mais que le grand n’a jamais retrouvé sa taille du XIXe siècle depuis qu’il fut anéanti en 14-18 et bien que reconstruit légèrement déplacé après guerre. Alors le petit Craonnelle, pensez ! la prononciation aussi doit être humble : [krane et Kranel plutôt que kraOne et kraOnel]. Qui qu’il en soit c’est bien à Craonnelle, en son château encore peu détruit en 1915 que le jeune Alan Seeger lit les Confessions’ et les ‘Promenades’, un jour de printemps, le 15 avril exactement, comme il l’écrit à sa soeur sur des feuillets volants d’une publication genevoise de 1782 :

« Nous revenons juste de passer six jours à C…[raonnelle], où nous avons été cantonnés dans les caves du petit château que j’ai décrit dans ma dernière lettre au « Sun ». Nous avons passé là une très agréable semaine, neuf heures de garde de nuit dans nos postes avancés sur le versant de la colline ; pendant le jour, sommeil,allées et venues dans les villages en ruines, flâneries dans les jolis jardins du château, ou lecture dans la bibliothèque. Nous l’avons nettoyée maintenant et c’est une sensation tout à fait curieuse de s’y reposer dans un fauteuil, lisant quelque vieux livre précieux en prenant tout juste la précaution de ne pas se tenir devant les fenêtres sans vitres, à travers lesquelles d’habiles tireurs peuvent  vous atteindre de leurs postes dans les fourrés, sur les pentes du plateau, à moins de six cents mètres. … … Voici un volume de la bibliothèque ; j’espère qu’il deviendra l’un des trésors de vos étagères. Ce doit être une très ancienne édition, sinon la première, des ‘Confessions’. Vous voyez que c’est seulement la première moitié, publiée probablement avant que l’ouvrage fut complet. Je n’ai jamais lu les ‘Confessions’, si ce n’est à bâtons rompus, mais j’aime passionnément les ‘Promenades’ que vous y trouverez jointes, spécialement la cinquième, sur l’Île Saint-Pierre. Le printemps est venu enfin ici et nous avons un temps très beau. Je vais aller nager dans l’Aisne cet après-midi, pour la première fois. En bonne santé et de bonne humeur...« 

Extrait de l’ouvrage en français publié en 1918 relatif aux oeuvres de Seeger cité dans ma précédente note de blog : « Alan Seeger et le Chemin des Dames ».

Sur Craonnelle avant ou pendant la Première Guerre Mondiale vous pourriez consulter :

http://dumultien.over-blog.fr/

http://dictionnaireduchemindesdames.blogspot.fr/2009/01/c-comme-craonnelle.html

 

Alan Seeger et le Chemin des Dames

 

Portrait photographique d'Alan Seeger à Harvard vers 1910

photographie publiée dans l’ouvrage en français de 1918

AILLEURS  ET  AU-DELA : ALAN SEEGER  ET  LE  CHEMIN  DES  DAMES

        Mort trop jeune Alan Seeger (1888-1916) est peu connu en France bien qu’une statue soit érigée à sa mémoire Place des Etats-Unis à Paris, sur le monument dédié aux volontaires américains de la Grande Guerre. Ici même, au Chemin des Dames, le collège « ‘Alan Seeger’ » de Vailly-sur-Aisne manifeste sa présence dans notre région et honore ce combattant engagé volontaire dans la Légion Etrangère en 1914.

bandeau annonce du site du collège 'Alan Seeger' de Vailly-sur-Aisne : http://etablissements.ac-amiens.fr/0020065k/siteweb

Ses écrits de la période de guerre ont été publiés en français dès 1918 chez Payot. Ils comprennent son journal, des lettres adressées à diverses personnes et une vingtaine de poèmes. C’est donc assez peu mais ce fut suffisant pour que des hommes aimant la littérature retiennent son nom et son œuvre et aient eu envie ensuite de faire connaître cet auteur étranger ‘mort pour la France’.

Un jeune venu d’ailleurs.

        Alan Seeger est né le 22 juin 1888 à New-York. Les enfants Seeger sont incités très tôt à s’intéresser à l’art et à la littérature. Ils habitent une maison sur les coteaux de l’île de Staten, vers Richmond. En face, à leur vue, la célèbre colonne de la Statue de la Liberté et à droite le pont de Brooklyn : paysage maritime favorable à l’ouverture d’esprit aux forces jaillissantes du ‘nouveau monde’. A douze ans le jeune Alan accompagne ses parents à Mexico pendant une dizaine d’années. Du nouveau encore en 1902 quand Alan est envoyé aux Etats-Unis pour études, études qu’il réussit et qui lui ouvrent l’accès de l’Université d’Harvard en 1906, de laquelle il sort diplômé en 1910. Là le jeune Alan est tout entier tourné vers la littérature et la poésie, l’histoire médiévale et accessoirement le sport ; il vivait dans un ailleurs auréolé de passions littéraires, rêvé autant que vécu. Puis il séjourne à nouveau deux ans à New-York et se rend à Paris en 1912, tournant décisif de sa vie. Il y fréquente des artistes et écrivains et s’éprend de cette ville, l’un des phares de la civilisation occidentale. Ses poèmes ou articles pour le « Mercure de France » et autres revues sont lus par des abonnés attentifs qui repèrent vite cet écrivain. Le printemps et l’été 1914 le voient à Londres. En août il  s’engage dans la Légion Etrangère avec une cinquantaine de compatriotes pour défendre Paris et la France. 

Un combattant dans les tranchées, un littéraire : quand l’ailleurs rejoint des au-delà.         

Alan rejoint le 2 ème Régiment Etranger à Toulouse. Le 4 octobre il est en Champagne et le 20 dans les Marais de Saint-Gond. Le 27 on le voit à Fismes et Cuiry-les-Chaudardes. Dès lors Alan Seeger est un combattant du Chemin des Dames, cela jusqu’au 17 juin 1915, soit sept mois et demi passés sur notre territoire. L’été 1915 le voit en Haute-Saône et en Champagne à nouveau. Malade de février à avril 1916 il est hospitalisé à Paris et Biarritz puis rejoint le front en mai, celui de la Somme. De mai à juillet il combat autour de Péronne et est tué le 4 juillet à Belloy-en-Santerre.

Durant les sept mois et demi de son séjour en notre secteur Alan Seeger rédige son ‘journal‘, écrit aux intimes, compose des poèmes. Dans sa guerre il transfigure le monde qui l’entoure et s’échappe ainsi partiellement du quotidien, il n’est pas différent en cela de quelques artistes et écrivains combattants. Le 28 avril 1915 il envoie un long article au « New-York-Sun » dans lequel il décrit la vie quotidienne des troupes à Craonnelle, ce qu’il voit, ce qu’il fait. « …Nous partîmes quinze hommes il y a quelques nuits pour reconnaître un nouveau fossé apparu sur le haut du coteau, sous les lignes allemandes. La lune à son premier quartier, presque entièrement voilée de nuages, rendait les conditions favorables. … Encore une fois, le passage familier à travers ses rues barricadées, entre ses murs criblés et ses toits squelettiques, puis nous gravîmes la colline par un fossé de communication avec les tranchées avancées. … »

villages de Craonnelle et Craonnevillages de Craonnelle et Craonne depuis le plateau de Paissy

On y lit également une description de Paissy tout à fait juste : … »Suivi cette route jusqu’à Fismes, et ainsi de nouveau au plateau de Merval. … Tourné la route de Laon et, par Moulins, arrivés à Paissy sur le plateau où nous relevâmes le 6e de ligne qui était ici depuis octobre. Village pittoresque bâti le long d’une route qui surplombe un ravin en fer à cheval. Le fond tapissé de coquelicots, cascades, perspectives lointaines. «   ;

brouillard dans le ravin de Mourson à Paissy, situé entre le village de Paissy et le ravin de Troyon à Vendresse

de même que celle du ravin de Troyon :  » … Nous sommes à l’entrée d’un profond ravin qui commande une jolie perspective en triangle sur la vallée de l’Aisne et le plateau au-delà, à travers un cadre de feuillage. … une paresseuse période de repos presque complet. … ils appellent cela la guerre. » Son poème « des hommes en armes » dévoile une troupe assaillante presque comme l’aurait décrite un chroniqueur des croisades. Quasi indifférent aux horreurs de la guerre, ce qui l’intéresse c’est l’héroïsme, le sacrifice, la beauté de l’action combattante comme on peut le lire, entre autre, dans une strophe de la célèbre « Ode à la Mémoire des volontaires américains tombés pour la France » et lue à Paris le 30 mai 1916 devant les statues de Lafayette et de Washington.

« … Il est juste de joncher de branches de lilas et des premières roses du printemps les cénotaphes de ceux qui, pour défendre la plus chère des causes de l’histoire, tombèrent au matin lumineux, à la fleur de leurs jeunes années ! « …

Oui, paradoxalement, Alan est heureux dans la guerre «antidote à la civilisation» qui lui fait oublier les médiocrités de l’ordinaire. Il vit largement dans l’ailleurs et le rêve, embellissant par avance la mort du combattant engagé, héros en devenir. Ainsi l’exprime-t-il dans une poésie devenue célèbre «J’ai un rendez-vous avec la mort» que nombre d’Américains connaissent par cœur et qui figurait sur le carnet personnel du Président Kennedy. Cette mort attendue, parfois désirée et rarement crainte il la trouve le 4 juillet 1916 lors de l’assaut de Belloy-en-Santerre par la Légion où les combats sont violents dans les ruines du village. Les pertes du régiment sont énormes, de l’ordre de 800 morts pour une victoire qu’Alan n’a pas connue. Nous reviendrons sur ce tragique épisode dans une autre note de ce blog.

Alan a combattu pour la France en référence à sa culture et en liens mémoriels avec La Fayette, il ne se bat pas contre l’Allemagne : «…je me suis rangé naturellement du côté où j’avais le plus d’obligations. Mais qu’il soit bien compris que je n’ai pas pris les armes par haine des Allemands ou de l’Allemagne, mais par amour pour la France. »  Journal, 31 juillet 1915.

Dans l’insouciance ordinaire de la jeunesse il transcende la guerre pour en faire quelque chose au-delà de l’ordinaire. Pas étonnant qu’il fut repéré parmi d’autres par Pierre Teilhard de Chardin : «… Rencontré aussi, dans un vieux numéro des Deux-Mondes une étude intéressante sur un jeune poète américain tué à la guerre (Alan Seiger –sic-) dont les ‘Juvenilia’ m’ont paru parcourues d’une sève de ‘passion cosmique’ authentique. »

Son écriture n’a pas le ton de la modernité telle que la mettent en scène d’autres auteurs contemporains. Toutefois il faut nuancer cette assertion du fait que la traduction française  au pied de la lettre ne rend pas la présence sonore des vers anglais. Lisez vous-même dans la dernière strophe du poème ‘Champagne’ :

« Drink to them –amorous of dear Earth as well,                                                                         They asked no tribute lovelier than this –                                                                                      And, in the wine that ripened where they fell,                                                                                     Oh, frame your lips as though it were a kiss»

[Champagne, France, july, 1915]

Traduction littérale : «Buvez à eux –pleins d’amour pour la terre chérie ! ils ne demandent pas de plus éloquent témoignage de tendresse – et dans le jus de la vigne qui a mûri à l’endroit même où ils tombèrent, oh ! trempez vos lèvres comme si vous leur donniez un baiser».

Traduction libre de Paul Rivoire :

«Buvez !… Dans le vin d’or où passe un reflet rose                                                                 Laissez plus longuement vos lèvres se poser                                                                                     En pensant qu’ils sont morts où la grappe est éclose,                                                                      Et ce sera pour eux comme un pieux baiser»

Principales sources :

– Alan Seeger, Le poète de la Légion Etrangère, ses lettres et poèmes écrits durant la guerre réunis par son père et traduits par Odette Raimondi-Matheron. Payot, Paris, 1918, 317 p.

– Irving Werstein, Sound No Trumpet, the life and death of Alan Seeger, Thomas Y. Crowell Company, New-York, 1967, 137 p.

sur internet la poésie d’Alan Seeger est largement présente ici :

http://www.theotherpages.org/poems/books/seeger

Jean-Jacques Rousseau à Braine

En cette année 2012 où l’on commémore le troisième centenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau à Genève (28 juin 1712) il me paraît important de signaler à nouveau son court séjour à Braine du 4 au 8 mai 1771.

Oublié l’événement fut pourtant décrit en 1930 dans l’ouvrage très documenté et joliment écrit de Maximilien Buffenoir, Sur les pas de la comtesse d’Egmont, publié par la Société archéologique de Soissons en 1930. Jean-Jacques Rousseau est alors dans sa soixantième année. Après un refuge en Suisse (1762-1765), une fuite en Angleterre (1765-1767) suivi d’un retour en France, il se trouve en 1770 à Paris où il réside en deux endroits et herborise ici ou là, parfois en compagnie de Bernard de Jussieu ou Malesherbes. Il y séjourne jusqu’en 1778 avant son ultime installation dans un pavillon proche du château d’Ermenonville où il décède le 2 juillet de la même année.

Qu’en est-il de Braine et de Rousseau en 1771 ? Le mieux, en tant que réponse, est de lire ce que l’auteur des « Confessions » raconte lui-même à la dernière page de cette œuvre renommée :

« J’ai dit la vérité. Si quelqu’un sait des choses contraires à ce que je viens d’exposer, fussent-elles mille fois prouvées, il sait des mensonges et des impostures, et s’il refuse de les approfondir et de les éclaircir avec moi tandis que je suis en vie il n’aime ni la justice ni la vérité. Pour moi je le déclare hautement et sans crainte : quiconque, même sans avoir lu mes écrits, examinera par ses propres yeux mon naturel, mon caractère, mes mœurs, mes penchants, mes plaisirs, mes habitudes et pourra me croire un malhonnête homme, est lui-même un homme à étouffer. J’achevai ainsi ma lecture [du texte des Confessions] et tout le monde se tut. Made d’Egmont fut la seule qui me parut émue ; elle tressaillit visiblement ; mais elle se remit bien vite, et garda le silence ainsi que toute la compagnie. Tel fut le fait que je tirai de cette lecture et de ma déclaration. »

Rousseau nous apprend en outre qu’il a lu ce texte devant le comte Casimir et la comtesse Sophie d’Egmont, le prince de Pignatelli ambassadeur du roi d’Espagne en France, la marquise de Mesme et le marquis de Juigné, lieutenant général des armées du roi. Entre novembre 1770 et mai 1771 il semble, selon L.–J. Courtois qu’il y ait eu quatre lectures des Confessions par leur auteur chez des hôtes illustres, dont cet épisode brainois qui nous intéresse plus spécialement. Nous avons tiré ce texte écrit par un homme tourmenté, qui se sent persécuté et qui est certainement psychologiquement malade, du tome 1 de ses œuvres complètes édité en 1969 dans la collection ‘Pléiade‘ par Bernard Gagnebin et Marcel Raymond.

Pourquoi Braine ? Sans aucun doute en raison de la culture et des relations parisiennes de ses hôtes d’Egmont-Pignatelli qui aiment à séjourner l’été dans leur château de Braine, installé dans un vaste parc baigné par les eaux de la Vesle, fort bien dessiné et entretenu, en vis-à-vis de la splendide abbatiale Saint-Yved, ensemble que surplombent de loin les ruines romantiques du château médiéval de ‘La Folie’. On sait que la comtesse avait eu l’occasion de rencontrer Rousseau chez son père puis dans les salons parisiens et également lors du séjour du roi de Suède Gustave III, prince avec lequel elle a entretenu une courte correspondance conservée à l’Université d’Upsala. De plus, si l’on en croit Madame de Necker dans ses ‘Mélanges’, Rousseau aurait été amoureux de la comtesse d’Egmont.

Qu’on imagine dès lors les salons de cette villégiature aux boiseries sculptées, le parc aux allées impeccablement binées et ratissées et le tableau presque idyllique du siècle des lumières se forme sous nos paupières mi-closes où bientôt apparaissent  le joli minois et la prestance de la jeune Sophie Septimanie. Exceptée l’architecture du château, sans grand intérêt semble-t-il, force est de constater que ce Braine d’alors et même d’aujourd’hui constitue un bourg où l’art et la culture ornent virtuellement ou réellement le quotidien, remèdes possibles bien qu’insuffisants face aux imprévisibles vicissitudes des temps.

Trois reproductions extraites du livre de Maximilien Buffenoir vont vous aider à contenir et brider votre imagination, à la rendre plus conforme à ce qui fut. Dans ce décor faites donc entrer Jean-Jacques et oubliez peut-être qu’il n’a plus que sept années de vie devant lui, et notre jeune comtesse deux seulement (+ 14 octobre 1773). Sic transit gloria mundi. Mais lisez donc et Rousseau et Buffenoir, notamment si vos pas vous mènent entre Aisne et Vesle, entre plateaux abrupts et sinueuses vallées aux confins du Soissonnais et du Laonnois, exceptionnelles terres d’Histoire.

parc de l'ancien château de Braine

 

 salon de l'ancien château de Braine

Sophie-Jeanne-Armande-Elisabeth-Septimanie de Wignerod du Plessis de Richelieu, comtesse d'Egmont

Pour connaître les séjours et déplacements de Jean-Jacques Rousseau et leur chronologie rendez-vous sur le site établi par le professeur de français à l’université de Waseda à Tokyo, M. Takuya Kobayashi, site qui comporte de nombreuses références et liens :

http://www.rousseau-chronologie.com/bibliographie.html

avec qui je me suis entretenu de Braine ainsi qu’ au sujet d’un ouvrage de botanique conservé par l’association « la Sirène » de Blainville-Crevon pour laquelle j’ai rédigé un article en 2010 : Jean-Pierre BoureuxLa botanique mise à la portée de tout le monde du Sieur et de la Dame Regnault….« La Sirène » bull. n°37, p.4-9, 2010, 76116 Blainville-Crevon. Dans cet article j’utilise partiellement la recherche de cet auteur :

Takuya Kobayashi, « L’Encyclopédie et Rousseau : dimension botanique », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, numéro 39 Varia, mis en ligne le 04 décembre 2008.

http://rde.revues.org/index318.html.

faites entrer Jean-Jacques Rousseau dans le salon, qu’il commence la lecture des ‘Confessions’

Jean-Jacques Rousseau, pastel du musée La Tour à Saint-Quentin

pastel des collections du Musée La Tour de Saint-Quentin, reproduit dans l'ouvrage de Lagarde et Michard, XVIIIe siècle, année 1964

Puis faites sortir le comte et ses hôtes en son jardin, lisant Rousseau :                                          LES JARDINS DE JEAN-JACQUES ROUSSEAU par Pauline Prévost : “Je m’amusai quand j’y fus à orner la terrasse qu’ombrageaient déjà deux rangs de jeunes tilleuls, j’y en fis ajouter deux pour faire un cabinet de verdure ; j’y fis poser une table et des bancs de pierre ; je l’entourai de lilas, de seringa, de chèvrefeuille, j’y fis faire une belle platebande de fleurs parallèle aux deux rang d’arbres ; et cette terrasse… me servait de salle de compagnie

Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, livre dixième. Cité dans : « Société internationale des Amis du Musée J.-J. Rousseau » sur le Net ici : http://rousseau-2012.net

pour enfin vous plonger dans l’ambiance des jardins de la noblesse internationale du XVIIIe siècle avec Gainsborough :

huile sur toile (227,3 x 152,4 cm) le colonel John Bullock par Thomas Gainsborough (1727-1788). Vente Sotheby's, juillet 2002, cat. Sotheby's Preview, p.155

Un article de vulgarisation par le philosophe M. Roger-Pol Droit sur J.-J. Rousseau :

http://rpdroit.com/index.php?option=com_content&view=article&id=264:rousseau-eclaireur-de-notre-temps&catid=56:le-point&Itemid=96

Une page du photographe Arnaud Fiocret, qui a l’oeil juste, sait observer et rendre compte, sur Ermenonville, son parc René-Louis de Girardin et le souvenir de J.-J. Rousseau :

http://www.observation-et-imagerie.fr/portfolio/dossiers/parc_jean-jacques-rousseau_ermenonville.html

 

Collier digne d’un Vendredi-Saint

Un jour un ami m’a demandé une expertise au sujet d’un très étonnant objet dont je vous expose ce jour le descriptif ainsi que les fortes interrogations qu’il suscite. Vous allez être étonné comme je le fus et le suis encore.

Collier et pendentif.     Collier et pendentif en cuivre, acier, émail, or  et papier. Longueur, objet posé : 28 x 3,8 cm. Ce collier est composé de 22 plaques de cuivre (5 x 23 x 1,25 mm) et d’une vingt-troisième (11 x 18 mm) placée au sommet. Les douze premières à partir du pendentif sont reliées entre elles par des attaches d’acier nickelé, les autres par des attaches de cuivre ou, pour cinq d’entre elles, du fil de cuivre (réparation peut-être ? ).

Ces douze premières portent en gravure le nom de saints, les suivantes sont barrées de cinq traits ou bandes espacés régulièrement de 3 mm sur toute leur largeur.

Les noms des saints sont inscrits longitudinalement en deux lignes, saint et dessous le nom du saint. Ce sont, en vis à vis : saints Jean et Pierre, Jacques et André, Jacques le Mineur (par exception sur 3 lignes) et Matthieu, Thomas et Barthélemy, Jude et Philippe, Mathias et Simon. Il s’agit en fait de la liste des douze apôtres, du moins celle qui figure dans le Canon romain avant la consécration, modifiée toutefois ici par l’absence de Paul (qui n’est d’ailleurs pas un apôtre), compensée par celle de Mathias, qui apparaît dans le même Canon après la consécration, en présence de Barnabé. Cette liste est connue sous l’appellation de groupe spécifique des Douze qui symbolise la réunification eschatologique des douze tribus d’Israël.

            Un pendentif de 36 x 35 x 6,30 mm est accroché à ces plaquettes. Il peut être dissocié en deux parties : un support d’acier avec ses oreilles de suspension dans lequel s’engage un boîtier de cuivre et d’acier qui coulisse dans deux rainures.

Le boîtier présente en face avant un couvercle dont la plaque d’acier ovoïde porte l’inscription suivante gravée en deux parties : « O Marie conçue sans péché » et dans le sens opposé de lecture : « Priez pour nous qui avons recours à vou(s) » ; le graveur n’a pas eu la place de mettre le S. Toutes les lettres, en capitales, sans espacement entre les mots sont ciselées d’un seul geste rapide, celui de l’artisan expérimenté :

fond du pendentif gravé d'une prière

fond du pendentif proprement dit sur lequel est gravé une prière inscrite dans un cercle puis dans un ovale : « O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vou(s) »

Il s’agit des paroles inscrites en lettres d’or vues par Catherine Labouré le 27 novembre 1830 comme s’il s’agissait d’un tableau entourant la Vierge et dont l’ordonnancement en oves lui a été dicté. L’artisan a voulu le représenter ici mais n’a pas souhaité empiéter sur la phrase de « l’Immaculée conception » pour corriger son erreur de positionnement des lettres de la prière inférieure.

Ce couvercle enlevé on découvre successivement trois morceaux de papier découpés à la taille du fond de la boîte  et une feuille de métal jaune brillant qui exerce une force de ressort ; elle épouse la forme générale du dessin qu’elle recouvre, ce dessin étant lui-même la reprise agrandie d’un motif -une coulée de sang- figurant sur la feuille du dessous comme nous décrivons ci-après.

les trois dessins renfermés dans le pendentif amovible

les trois dessins au trait (ou imprimés) contenus dans le médaillon pendentif

Le premier des trois dessins est une ‘Sainte-Face’, en fait exactement celle du « linceul de Turin », sur laquelle est peinte en rouge une coulée de sang.

Le deuxième est une ornementation de forme singulière, que l’on penserait abstraite au premier regard, mais qui n’est autre que la représentation agrandie sur fond strié de la coulée de sang de la Sainte Face décrite ci-dessus. Son tracé correspond à celui d’une découpe d’une plaquette d’or épaisse de 0,535 mm taillée pour se superposer à ce dessin et qui pourrait provenir d’un couvercle de boîtier de montre à gousset pour homme du milieu du XIXe siècle car l’épaisseur en est tout à fait comparable sinon identique.

BoitierAvecGoutteOrW

lame d'or découpée de même forme que la goutte de sang de la gravure imprimée sur papier et cette même lame positionnée dans le couvercle du pendentif, face interne.

lame d’or découpée, de même forme que la goutte de sang de la gravure imprimée sur papier, et dessus, cette même lame positionnée dans le couvercle du pendentif, face interne. Elle fait légèrement ressort, le poinçon est au verso.

L’artisan a pris soin de préserver un fragment de poinçon de marque estampillé ‘PG’ dans une extrémité de losange ainsi que le poinçon de garantie d’or, une tête d’aigle, quasiment centré sur la découpe, poinçon officiel de l’or dans la bijouterie contemporaine française mais également le rapace désignant saint Jean parmi les quatre évangélistes. De plus le fond noir hachuré autour de la coulée sanguine évoque un peu la chaîne et la trame d’un tissage de vêtement. Faut-il aller jusqu’à y découvrir les phrases des évangiles relatives au partage des vêtements du Christ et aux linges de lin ou au linceul de tête telles qu’on les lit dans Matthieu 27 : 35 ou dans Jean 20 : 5 ?

Poinçon or

Enfin le troisième représente un bois ou clairière avec des petits arbres et un grand, auprès duquel sont dessinés des rochers à gauche et à droite, l’un pouvant faire office de table. Sur le tronc de l’arbre sont figurés un crucifix et une niche pouvant recevoir une statue de saint. Un cartel devait indiquer le nom de ce saint, tellement infime dans sa représentation qu’il ne saurait être lisible. Tous les traits sont dessinés avec une encre noire épaisse, aux reflets brillants, d’aspect très semblable à de l’encre d’imprimerie et qui est peut-être de la nielle destinée à remplir les gravures sur métal.

Revenons au boîtier du pendentif. Le fond est orné d’émaux noirs très sombres (à reflets bleutés) et rouges, le motif du M marial surmonté de la croix se détachant sur un émail blanc. Le rouge constitue une grande croix dont le centre occupé par une petite croix est le « M » de Marie formant une sorte de table. Les couleurs des émaux renvoient sans aucun doute aux trois couleurs qui ont revêtu le cœur de saint Vincent de Paul durant l’une des ‘visions de Sainte-Catherine’ avant l’apparition de la Vierge, ou bien, si l’on considère que le noir est du bleu sombre, les trois couleurs françaises déjà bien présentes dès le début du XIVe siècle dans les enluminures par exemple. Le pied de la grande croix est orné d’une épée. De chaque côté de la croix sont la lance et peut-être le sceptre des ‘Arma Christi’.

les émaux du couvercle intérieur

les émaux du couvercle intérieur

Au-dessus de cette boîte est soudé un cartel gravé sur trois lignes. Cet écrit est gravé à l’envers sur le pendentif, on peut donc le lire à l’endroit avec un miroir posé perpendiculairement à ce dernier.

titulus de la croix de la crucifixion du Christ

les trois langues du titulus, grec et hébreu ici un peu approximatifs

Les inscriptions sont : JESUS NAZARENUS REX IVDEORVM, au-dessus sa transcription en grec et au-dessus encore sa transcription en une imitation d’hébreu. Il s’agit dès lors d’une figuration dans le désordre du célèbre texte (titulus) apposé sur la croix et dont Jean 19, 20 précise qu’il était rédigé en hébreu, latin et grec. On sait toujours par Jean (19 : 21-22) que ce texte fut critiqué mais que Pilate ne revînt pas sur ce qu’il avait décidé d’écrire ; la référence à Saint Jean est constante sur cet objet, s’agirait-il, outre la référence néotestamentaire, du prénom du commanditaire ?

La symbolique de l’ensemble s’inspire fortement de la représentation de l’apparition de Marie, rue du Bac en 1830, telle qu’on peut la voir encore de nos jours. En effet le M surmonté de la croix, la prière gravée du boîtier sont comme l’avers et le revers du tableau de la vision telle qu’elle est décrite par Catherine Labouré et les douze apôtres des plaquettes créent comme une symétrie aux douze étoiles de la vision, tout comme du reste l’inscription du cartel à lire ‘en inversant’ ou retournant l’image. Les six annelets qui relient les plaquettes gravées au nom d’un saint sont en nickel-chrome, les autres en cuivre, ce n’est pas non plus un hasard. On doit probablement considérer ce collier comme une assurance de protection divine pour celui qui le porte et même davantage pour un croyant. Ouvert par son porteur et expliqué ce pendentif constitue une véritable catéchèse, qu’un Lazariste, par exemple, aurait pu avoir fait réaliser. Très usé il fut longuement porté. L’image de la Sainte-Face avec sa coulée de sang expliciterait la couronne d’épines, absente en elle-même, alors que le glaive de la vision est présent. Le deuxième coeur de la ‘médaille miraculeuse’ figure un coeur transpercé d’un glaive même si les cœurs manquent par rapport à la figuration de la rue du Bac. En revanche l’inscription développée du titulus « INRI » vient en plus, elle complète bien la Sainte Face et le sang. Ce n’est donc pas intégralement la médaille de la rue du Bac, souvent présente chez les combattants, qui est reproduite ici stricto sensu, mais son contenu spirituel interprété autrement. Nous sommes en présence d’une véritable œuvre de l’esprit et de la main.

La couleur du métal est ici exagérée, c’est un réglage numérique qui fait ressortir le dessin

On constate que le fond arrière de ce boîtier a été décoré de figures gravées peu profondément qui sont devenues illisibles par frottement. Exécutées sans soin elles ne peuvent être de la même main que le reste du collier. Des traces de peinture rouge figurent en deux points et dans le fond de quelques traits gravés. Un autre possesseur ? A n’en pas douter ce boîtier a été montré et ouvert de très nombreuses fois. L’artiste qui l’a fabriqué est un véritable orfèvre tant la réalisation est précise et habile, de plus la pose de l’émail a sous doute nécessité un four à température contrôlée. Est-on encore dans l’artisanat de tranchée –les métaux utilisés sont de nature ‘trench art’- ou déjà dans un travail de commande réalisé peut-être à l’extérieur ? On sait cependant que certains ateliers d’artistes des tranchées étaient bien équipés, de plus un orfèvre aurait fort bien pu apporter ses propres outils. Le fragment découpé dans une plaquette d’or suggère en effet que l’artiste est un orfèvre, bijoutier ou graveur. L’artisan et/ou le commanditaire sont très au fait de la culture religieuse et l’inversion suggérée : face et fond du boîtier = avers et revers du tableau de 1830 indiquent une réflexion profonde avant la mise en œuvre de l’objet. Cependant quelques imperfections plaident en faveur d’une réalisation possible ‘sur le terrain’, par un artiste qui exécute à mesure, dans la foulée, sans tracé préalable complet. Chose que peut faire un habile praticien, pas un amateur. La gravure des trois petites scènes va en revanche dans le sens d’un travail abouti qui ne supporte pas d’improvisation.

Hypothèse : ce collier pourrait avoir été réalisé pour un aumônier militaire, sans aucune certitude cependant. En tout cas par quelqu’un qui était très au fait des apparitions de la ‘Rue du Bac’ et de la spiritualité religieuse en générale.

Autre questionnement : les trois motifs dessinés semblent être plutôt des gravures estampées à partir d’une ciselure initiale, tant les traits sont fins et quasiment impossibles à obtenir à la plume selon moi, sur ce type de papier. Rien ne prouve que le boîtier soit complet – l’ensemble des trois dessins et la plaquette d’or n’occupent que 1,3 mm sur les 2,56 mm disponibles- d’autres dessins ou plaquettes auraient pu également figurer. Les gravures originales étaient peut-être présentes dans ce boîtier, à moins qu’elles n’aient été utilisées ailleurs, ou même, qu’elles aient servi pour plusieurs tirages. En ce cas d’autres exemplaires de ce collier seraient peut-être conservés quelque part. Quant à la plaquette d’or dans laquelle est découpée la coulée de sang, pourquoi avoir choisi le morceau poinçonné de l’aigle certifiant l’or ? Serait-ce à nouveau un renvoi vers l’évangéliste Jean dont il est le symbole ? C’est plus que probable ! Le fond du dessin à la coulée de sang figure également une croix qui n’entame pas les contours de la coulée, ainsi que deux fragments de cercle, le tout très discrètement exécuté. Le possesseur de l’objet ou le réalisateur se serait-il prénommé Jean ?

Conclusion : nous sommes en présence d’un objet exceptionnel dans sa catégorie. Fabriqué à partir des métaux du champ de bataille, il fait référence à une solide culture religieuse associant diverses sources d’inspiration ; il est réalisé, au moins en partie par un professionnel.

Ci-dessous : ensemble des éléments qui composent ce collier pendentif, presque un reliquaire

Avis aux exégètes, aux croyants, aux artisans, aux collectionneurs de ‘Trench Art’ : vous avez sans doute bien des choses à me communiquer sur cet extraordinaire collier !

Merci d’avance pour votre participation éventuelle au décryptage de cet objet peu commun.