Archives mensuelles : décembre 2013

Rilly-sur-Aisne, Le Chesne, Stonne et autres villages ardennais

Dernièrement des amis nous proposent une journée en Ardennes, entre val d’Aisne et crêtes voisines au nord. Y songez-vous bien avons-nous dit de suite, à cette saison, dans cette contrée ? Et bien ils avaient raison contre tous préjugés : de la lumière par un jour de bruine et une température inférieure à 5 degrés, mais quelle lumière, celle de l’art !

Pourquoi une telle appréciation, pour des écarts si peu connus ? Elle est toute dans la lumière diaphane, filtrée par les verres colorés ou agencés de verrières resplendissantes, même en l’absence de soleil. Il faut dire que l’on s’est battu dans la région autour de la mi-mai 40, ou bien que des bombes venues du ciel ont anéanti quelques églises ultérieurement. Alors on a reconstruit comme on a toujours fait ici depuis des siècles. Voyez plutôt. Dans l’église de Rilly-sur-Aisne que les maçons viennent de restaurer, que des verriers d’aujourd’hui parent de vitraux nouveaux tandis que sur les murs fraîchement chaulés se camouflent encore d’anciens regards de tir, éclate le talent de Jacques Le Chevallier (1946) sur une douzaine de somptueuses verrières. Voici six exemples qui devraient aiguiser votre envie d’aller voir un jour si ces Ardennes valent ce que j’en dit.

crucifixion RillyFrcsDomGPW RillyJdArcVaastW RillyMattLucGPW RillyNativiteW RillyAgneauMedWAutre lieu, autre surprise. Nous voici au Chesne ou à Le Chesne, c’est selon que l’on est passant ou indigène. Toujours est-il que la surprise est là encore ; nous complèterons les données ultérieurement, aujourd’hui c’est seulement la lumière de décembre que nous soulignons, sans autre discours ou commentaire. Sans doute parce qu’il faut bien compenser la brièveté mesurée du jour par un éclat désiré, comme si toute mort annonçait une renaissance. Encore six exemples issus de la dextérité et de l’art, ici mis en perspective par les artistes rémois de la lignée Simon-Marq, spécialement Brigitte Simon :

CheminTombeauW ChesneEgliseLSimon2008W ChesneHippoBrSimon58W ChesneMedaillonW ChesnePelerinW ChesneSteFoyWPour clore provisoirement cette note tout en apportant de nouvelles lumières un passage par Stonne s’impose. Dans ses dalles de verre de R. Savary et plus encore dans sa fresque de Maurice Calka (1959) l’église de ce tout petit village ne manque pas d’étonner, plus encore peut-être, que la bravoure des soldats*, la force du canon, la hardiesse du coq et au-delà l’altière motte castrale d’antan. Venez-y vite, des éléments se dégradent mais les habitants font en sorte que la porte en soit ouverte le plus souvent possible :

Stonne étonne StonneFreskGPW StonneFreskMarieGPW StonneViergeEnfantFreskGPWStonneAdorationFreskGPW

Bien de saison la crèche, d’heureuse facture, fait bonne figure

StonneCrecheWDans le lointain des clochettes tintinnabulent, alors « venez, venez et venez » !

Et pour mes fidèles lecteurs cette carte montage d’après la Nativité de Rilly :

carte de Noël d'après la verrière de la Nativité par Jacques Le Chevallier à Rilly-sur-Aisne

Pour étoffer :

Michel Coistia, Jean-Marie Lecomte, Les églises des reconstructions dans les Ardennes, Ed. Noires Terres, 2013

*Gérald Dardart, Ardennes 1940 Tenir ! par l’association : « Ardennes 1940, à ceux qui ont résisté » 2000. [à Stonne il s’agit de la 3e DI dont la 3e DCR]

Ronde de décembre entre amis

Vous vous souvenez sans doute de nos rondes épistolaires précédentes, la dernière est ici sur ce blog : http://voirdit.blog.lemonde.fr/2013/02/01/des-departs-une-ronde-dechanges-epistolaires/

Celle de ce jour rassemble des textes échangés sur le thème de « Regard(s) ». J’ai le plaisir d’accueillir sur mes pages les réflexions de Céline accompagnées d’une photographie.Vous pouvez suivre la globalité de cet échange comme suit :

 un promeneur chez mesesquisses chez Voir et le dire, mais comment? chez loin de la route sûre chez quotiriens chez Gilbert Pinna-le blog graphique chez la distance au personnage chez memesi chez Mine de rien chez un promeneur.

PhotoCelineRondeDec2013

72
544×376

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman », »serif »;}

In & Out

Elle marchait et le paysage glissait à côté, sans prise sur elle.

Fouillant parmi les particules aux multiples sens et choix dans l’immense chaos de son intérieur agité qu’elle tentait de mettre en ordre de marche (comme s’il était possible

de lire en plein tourbillon assis au beau milieu d’une ruche en ébullition), elle cherchait les raisons, et puis les pourquoi et les comment, si les pourquoi étaient bien nécessaires pour trouver les raisons et si les raisons justifiaient du pourquoi ou si l’inverse n’était pas plus honnête, et puis les comment, incessants, pour comprendre les sens – Con(-)centrée sur des détails, des enchaînements, des dédales de dominos, et des moyens de percer un verre pour qu’il ne déborde pas sans se vider, et de tous les regards – celui qui perce, celui qui tue, celui qui attend on ne sait quoi et qui laisse dans le vide, celui qui toise, qui règne, celui sans concession, celui qui gêne, celui qui plie, celui qui visse, celui qui hisse, celui qui crâne, celui qui ne regarde pas – Elle se sentit soudain rebelle et prête à cracher son cri qu’elle retenait si souvent pour ne pas perdre la face (parce qu’elle ne connaissait pas le côté pile). Tant pis, oui, elle allait crier, à condition de trouver ce qu’elle avait à crier, car finalement, elle avait juste mal au crâne…

C’est en ces pensées existentielles et philosophiques qu’elle prit un poteau en pleine face.

Instant figé des passants en arrêt devant sa mine déconfite.

La rue reprit sa danse, elle y vit une marée haute, se sentit marée basse, elle remercia le poteau et partit plus légère, avec une envie d’encornets.

Céline, décembre 2013.   Chez Céline, c’est ici :

http://mesesquisses.over-blog.com/

A l’occasion de cette ronde Louise Blau m’accueille sur ses pages et je l’en remercie : http://louisevs.blog.lemonde.fr