La peur du gendarme n’effraie en rien l’épeire diadème.

Sachant que l’habit ne fait pas le moine, tiré à quatre épingles, un ‘gendarme’ ou ‘Suisse’ (Pyrrochorus) prend la poudre d’escampette. Abusé, prenant vessies pour lanternes, il s’élance sur le fil comme il ferait sur un pont de lianes. Le rouge et le noir lui vont si bien, le protègent tant d’ordinaire des coups de becs qu’il en oublie que les oreilles ennemies sont toutes ouïes. « Vas où tu veux, meurs où tu dois ! » bravache il n’en a cure et se soucie comme de l’an 40 de toutes ces fariboles entendues, colportées, oubliées.

gendarme ou suisse = Pyrrhocoris apterus

Pyrrochorus apterus

Las, comme la misère sur le monde, la flèche qui vole en plein midi, l’ennemi fond sur lui, le pique, l’endort. Attend quelque peu, revient. Se dit ‘qu’un tien vaut mieux que deux tu l’auras’. L’emballe de cent tours de soie. Quel (co)con pense-t-il un peu tard.

fils de soie de la tégénaire recouvrant un insecte

du producteur au consommateur, emballage très écolo pour cette tégénaire

Plat de roi ? Je ne sais. L’épeire diadème (Araneus diadematus), semble apprécier, qui laisse ses sucs en sauce préparer le mets.

au final un beau cocon pour une table bien mise et bien garnie

autre toile d'une autre espèce, à l'horizontale

Ces beaux jours d’automne que nous apprécions permettent d’observer tous ces drames, ces facéties de la nature. La rosée du matin tend dans les rayons du soleil naissant des constructions fabuleuses qu’il faut regarder patiemment, faisant varier l’angle de vue qui va permettre la meilleure mise en valeur de cette architecture :

toiles des épeires revêtues de rosée

l’espèce Epeire, Araneus diadematus, construit des toiles admirables et parfaitement fonctionnelles

Quant aux enfants ils savent rendre la perception immédiate et juste de ce type de scène naturaliste telle l’expression ci-dessous recueillie sur « la toile du web » et issue apparemment d’une école de Doue en Seine-et-Marne, sauf erreur de ma part. Le site a pour source :

http://cyberechos.creteil.iufm.fr/cyber19/Environ/index.htm

une courte vidéo de la même scène :‘gendarme’ emballé par une tégénaire

 

 

2 réflexions au sujet de « La peur du gendarme n’effraie en rien l’épeire diadème. »

    1. voirdit Auteur de l’article

      Il se peut que vous ne décriviez pas avec empressement le comportement des plantes ou animaux mais je vous remercie de votre commentaire. Les portraits que vous brossez de nos villes et monuments français ont un charme certain. On y chemine avec certitude tout en rêvant et s’évadant de leurs rues, dans l’Histoire et hors du temps. Flâneries émoustillantes à l’esprit, notes et croquis de circonstances. Bravo ! Comme officiellement la Ville, en France, compte 2000 habitants, vous avez encore de quoi nous régaler. Merci.

      J'aime

      Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s