Cossu ou Cossus cossus L., vraiment ? Oui mais ça se gâte.

On le dit d’ordinaire d’un appartement par exemple. Alors ce doit être vrai, examinons l’endroit.

Fourreau écolo dirait-on, peut-être de développement durable : des matériaux naturels, isolants, solides. Du vrai, pas vrai ? Quel architecte ? Ou je dirais même plus : quel architecte ! Construit en fonction de l’usage, sans esbrouffe, esthétique de surcroît ; en un mot de la belle ouvrage, comme en compagnonnage. A recommander décidément.           A l’intérieur visite libre puisque le précédent occupant a quitté récemment. Pourquoi, y aurait-il anguille sous roche ? Anguille non, mais…. Le promoteur me donne ses coordonnées, confidentielles évidemment. Je téléphone.

… »Ah, oui, très bien ce loft d’inspiration industrielle et futuriste mais au bout de plusieurs mois, je me sentais à l’étroit là-dedans : pas de visite possible. Au début je croyais avoir affaire à un appart de bon module, du reste j’avais mis la main à la pâte pour édifier, choisissant avec l’architecte les meilleurs matériaux. Ensuite ça c’est gâté, de jours en jours, jusqu’à ce que je sorte de mon cocon et m’aperçoive de la supercherie : j’étais comme un Japonais dans sa conque de plastique pour une nuit d’hôtel de célibataire. Mais moi j’aime voler de mes propres ailes, voir la lumière du jour, du ciel, des feuilles que je cisèle. Alors j’ai tout quitté, refait ma vie pour quelques semaines. »

-Si je vous suis, vous me parlez de cocon, de voler… et si vous étiez vous-même ce cossus, bien plus encore que votre logement ?

Un esprit non initié à la culture savante scientifique n’identifie nullement un groupe de mots tel que nom latin + adjectif + L. (pour Linné, à l’origine de cette terminologie). Il lit d’abord en sens commun français et voit en « cossus » le pluriel de cossu. Cet adjectif semble provenir de ‘gousse’, sous-entendu gousse de légumineuses et plus on en a plus on est ‘cossu’. On voit ici la difficulté ressentie par tout pédagogue qui doit se mettre à la place de l’apprenant d’abord, s’il ne veut pas parler dans le vide. Mais revenons à la bête.

Et bien oui, je suis le Cossus cossus L. en latin = ver qui ronge le bois, et en langue courante le Gâte-bois car ma chenille qui peut mesurer jusqu’à 10 cm de long creuse de larges galeries dans les bois qu’elle occupe jusqu’à sa sortie après nymphose. Cette mutation peut prendre trois ou quatre années.

L’an passé vers octobre j’aperçois quatre chenilles rougeâtres se hâtant sur la route et subodore le Gâte-bois. Voici l’une d’elles :

&chenille de Cossus cossus L.

J’en place deux dans une boîte d’élevage et en juin dernier découvre le cocon, des vestiges de chrysalide et le papillon nouveau né hélas dévoré par un parasite.

Voici le cocon :

cocon de Cossus cossus ou gâte-bois

Ici le cocon a été fabriqué à partir de l’environnement immédiatement disponible. Parfois la dernière mue a lieu sous l’écorce de l’arbre.

Autre cocon trouvé le 22 août 2012 dans une bûche coupée en avril 2012 ; la dernière mue (exuvie) de laquelle s’est extrait le papillon adulte est contenue à l’intérieur de ce cocon. Sur la photographie elle a été sortie du cocon et figure donc à gauche à côté de ce lui-ci :

exuvie et cocon de Cossus gâte-bois

Ci-dessous l’une des magnifiques planches du XVIIIe s. par A. J. Rösel von Rosenhof, où l’on peut voir évoquer la vie de ce parasite de nos bois. Reproduite Planche 40 dans les Insectes édités par Citadelle-Mazenod, 1988

Planche d'insectes de R. von Rosenhof

La chenille qui se prend pour un lama et crache n’est pas une fantaisie de dessinateur mais une réalité. Et en plus cela sent le bouc !

Si vous voulez en savoir plus sur cet insecte original allez-voir et lire les commentaires de M. André Lequet, naturaliste passionné qui sait si bien raconter des vies ordinaires d’insectes : (recherchez alors le gâte-bois dans l’index)

http://www.insectes-net.fr 

 gravure sur bois de Cossus Gâte-bois

reproduction d’après gravure extraite de : F. Depelchin, Les forêts de France, Tours, Mame et Fils, 1886

Alors la prochaine fois que vous direz ou entendrez : « ça se gâte ! » pensez au bois, aux arbres qui n’apprécient que modérément notre hôte du jour…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s