Archives du mot-clé Ips typographe

Ips ! ou voeux 2013 typographiés.

Dans le sous-bois vert de mousse, gluant de boues, luisant de gouttes la souche rougeâtre attire l’oeil. Gratter l’écorce pour faire apparaître l’essentiel semble être le message du jour : j’exfolie. Belle idée. L’ips typographe (Ips typographus L.), ou bostryche typographe ou encore grand scolyte de l’épicéa a encore crayonné entre écorce et aubier durci :

ips typographegaleries à trois branches de l'ipsNotre ips donc gribouille avec frénésie, comme l’enfant sur le papier, le mur, sur tout. Savoir à quoi il ressemble vous sera de peu d’usage ce jour mais allez voir par exemple ici pour satisfaire votre légitime curiosité :

http://www.srpv-midi-pyrenees.com/_publique/sante_vgtx/organismes_nuisibles_et_lutte_obligatoire/fiches/ips_typographus.htm

Sur ce l’idée m’est venue d’utiliser ce thème quasi abstrait et modérément ordonné pour vous offrir un message écrit et virtuel. Un peu de bidouillage pour exagérer les tracés, une pointe de crayon numérique afin de rendre le message compréhensible et la carte est remplie.

Bonne et heureuse année 2013 à toutes les lectrices et tous les lecteurs de ce blog, fidèles ou de passage et que 2013 vous permette de vous réjouir du spectacle infini de la nature, même si parfois il faut gratter un peu pour lire son message revigorant !

carte de voeux 2013 par Jean-Pierre Boureux

Et pour conclure typographiquement et en l’espoir d’une année 2013 forte de culture vivante je vous propose ce souvenir d’adolescence de Vladimir Nabokov : [ce souvenir est de Pâques 1915]

« …Les yeux me cuisant encore d’avoir été éblouis par la neige, je ne cessais d’essayer de déchiffrer, sur le mur proche, un portrait dit « typographique » de Tolstoï. Comme la queue de la souris sur une certaine page d’Alice au pays des merveilles, il était entièrement composé de caractère d’imprimerie. On avait employé une nouvelle entière de Tolstoï (Maitre et serviteur) pour faire le visage barbu de son auteur, qui, soit dit en passant, avait quelque ressemblance avec notre hôte. »

Vladimir Nabokov, Autres rivages, nrf, Gallimard, Paris, 1961, p.159