Archives du mot-clé Jünger

Soupir, 9 novembre 2014

L’église de Soupir a été reconstruite, sa sobre élégance extérieure et intérieure mériterait toutefois quelque toilettage.

EgliseSudW Son château de style Renaissance, en revanche, a disparu pour toujours dans les jours et les nuits d’horreur.  château de Soupir avant septembre 1914Commémorer encore et toujours n’a de sens que si l’évocation de l’Histoire, de cette histoire-là en tout cas, sert de leçon. Alors oui on peut fort bien déployer nos étendards, les abaisser « Aux Morts ! », faire déposer des gerbes par les autorités nombreuses qui se sont déplacées, Sous-Préfet, sénateur, député, maires, présidents d’associations patriotiques…si le but ultime est la Paix, à rechercher et trouver impérativement.

"Aux Morts !"PersonnalitesCimW MairesW FanfareW Reconstitution3W

L’extraordinaire du jour fut pour moi la soudaine apparition du soleil derrière l’écran des vapeurs et nuages d’automne soudain dévoilé et déchiré. Dans le lugubre mais organisé « décor » que constituent croix, grès, semis, granite de nos nécropoles (ici alentour ce ne sont pas moins de 22 371 dépouilles gisantes sous nos pieds, toutes nations confondues) tout à coup, vers les onze heures, l’été de la Saint-Martin explosa. On entend en France par cette expression une remontée assez fréquente des températures autour du 11 novembre, fête de saint Martin instituée lors de son inhumation le 11 novembre 397. A cette occasion l’hagiographie du saint relate le fleurissement soudain de nombreux arbustes le long de la Loire entre Candes et Tours. Toujours est-il qu’en ce 9 novembre 2014 par une température très douce voici illuminés le paysage vers l’ouest et la prairie fleurie qui couvre l’ossuaire du cimetière allemand. Jugez-en :

EgliseFleursW CimetiereFlrsW CimAlldPaysage2W paysage du cimetière allemand à Soupirgamme infinie des gris, touches rosées ou bleutées froides, exceptionnel clin d’oeil des cieux aux combattants des nations qui reposent ici

Terminons par quelques lignes du combattant allemand Ernst Jünger toujours friand de notes naturalistes :

25 mai 1917, ferme de Riqueval « Les allées du parc bordées d’épine rose en fleur, et le charme des environs donnaient à notre existence, malgré la proximité du front, une teinte de ces gaietés de la vie champêtre auxquelles le Français s’entend bien. »

Ernst Jünger, Orages d’acier, ‘poche biblio 3110, p. 188.

Quand le monstre laisse des traces ténues…

Sans doute faut-il être bon observateur pour découvrir des signes rares ou énigmatiques,  avoir la main heureuse ou encore un bon guide ; les décrypter ensuite relève de la fantaisie et de l’imaginaire confrontés à l’expérience du réel.

Ce jour-là mon guide fut mon cousin homme de lettres et de culture, ami des boucles de l’Aisne ou des Hauts crayeux peuplés d’oiseaux, Guy Féquant. Il me propose de déchiffrer un message laissé involontairement par un Allemand de passage à Barby. Je vous donne ce message :

Un mur de craie en moellons équarris et appareillés. Comme bien d’autres murs de cette région de la vallée de l’Aisne proche de Rethel, quand la pierre est craie avant que de disparaître et laisser place au bois et torchis ou encore à la brique, ici en soubassement et en mur latéral.

Je vous donne un indice supplémentaire par agrandissement et détail centré sur notre propos :

traces de chenille de char sur craieCette fois vous constatez des marques avec trois ou quatre bandes en arc surmontées de deux profondes rayures. Si vous n’avez trouvé je vous donne la solution car l’énigme semble bien obscure : il s’agit de la morsure d’une chenille d’un monstre d’acier nommé Panzer en allemand car la tradition locale attribue en effet cette blessure de la pierre à un char allemand dont le chauffeur s’est trop rapidement et imprudemment engagé dans une ruelle étroite du village de Barby. Des anciens du village ont peut-être noté la date exacte mais puisqu’il s’agit du jour où les armées nazies ont déferlé vers le sud ou bien ont longé l’Aisne avant de la franchir il est possible de situer à quelques jours près l’évènement.

« Par Porcien, Wadimont, Fraillicourt. C’est une contrée où j’étais déjà venu en 1915. Je me souvenais de ses maisons en craie blanche, de ses portes et fenêtres si joliment bordées de lisières de briques rouges. … » (1)

En effet une âpre bataille se développe à Rethel entre les chars de Guderian et les combattants du 152 e RI pour contrôler le passage de l’Aisne, du 16 au 20 mai 1940. A l’ouest de Rethel l’Aisne était franchie le 9 juin et Barby se trouve entre Rethel et Château-Porcien en bordure d’Aisne. L’épisode du char se situe donc dans la fourchette chronologique du 20 mai au 9 juin 1940.

Immédiatement perceptible mais inexplicablement conservé dans une de ces cavités nommée creutte, un fragment de journal allemand tel que je l’ai trouvé enfoui sous quelques pierres à Paissy, puis photographié :

fragment de journal allemand du 28 mai 1940Trace infime, trace impondérable du passage d’une troupe allemande dans les creuttes de Paissy aux environs du mardi 28 mai 1940 comme il est écrit ici. Une recherche rapide m’apprend que les Allemands occupent Laon le 17 mai 1940 et que les armées françaises en recul font sauter tous les ponts sur l’Aisne le 20 mai entre Soissons et Neufchâtel-sur-Aisne. Des soldats du IIIe Reich peuvent donc être à Paissy entre le 18 mai et ce 20 mai et notre journal a été abandonné par un des leurs environ une semaine après leur entrée dans ce terroir. A moins qu’il ne s’agisse d’une arrivée un peu plus tardive encore, après notre temporaire victoire de Montcornet-Sissonne contre les divisions blindées, à l’initiative de De Gaulle et de ses chars le 24 mai. Quoi qu’il en soit ce journal est une preuve infime et insignifiante de l’Occupation, entre exode et retour des populations civiles.

Le témoignage d’Ernst Jünger, deux semaines plus tard environ, souligne encore des combats d’artillerie vers le Chemin des Dames :

« Je trace ces lignes après avoir pris une douche à la salle de bains, assis sur la terrasse, tout en sirotant des liqueurs telles que Cointreau et fine champagne, que nous avons trouvées dans le bar de notre logis. A la distance d’une petite étape à pieds, du coté du Chemin des Dames, résonne le feu des artilleries : lentes accumulations d’éclatements, semblables à des écroulements de montagnes. … » (2)

(1) Bucy-les-Pierrepont, 29 mai 1940

(2) Laon, 7 juin 1940  par :

Ernst Jünger, Jardins et routes, Plon, 1942. Ernst Jünger, combattant distingué en 1914-1918 et écrivain renommé, séjourne à Laon avec son unité la XCVIe division, du 7 au 15 juin 1940, il arrive après avoir cantonné à Gercy puis Toulis et avant de gagner Essômes-sur-Marne puis Montmirail.