Au Bazar de l’Hôtel de Vie

     Je viens de faire mon marché au grand étal de la nature toujours magnifiquement garni et présenté. Bien achalandé aussi, ce qui me vaut une queue d’attente modérée propice à la réflexion devant la caisse. Autant le choix des articles en rayon avive mes sens, autant leur suspension devant le lecteur de codes les endort. Désormais tout est un, tout se confond dans cet échantillon de barres dénuées de sens. Voyez plutôt :

écorce de cerisier

écorce de frêne

Peut-être allez-vous interpréter plus aisément le suivant :

polypore blanc  vous donnez votre langue ?

polypore blanc sur frêne

« Rassurez-vous mon caddy n’est pas rempli, ce ne sera plus long » dis-je au client suivant

aile de sphinx gazé  sphinx gazé

     Article ci-dessous déjà enregistré, voir en date du 28 janvier dernier. « pour échange ? » me dit la caissière

spores de scolopendre

     Quant au dernier, ramassé dans un rayon de nature, il s’est sans doute égaré et s’est collé sur l’un de mes paquets  code-barre

     En tant que client j’ai droit à un bonus que je vous communique, il vous permettra d’en savoir plus sur l’historique du code-barre, système inventé vers 1970 par l’ingénieur George Laurer, chez IBM, pour décrire universellement des objets quelconques et connu sous le nom de code UPC, composé de 8 barres noires et blanches.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Code-barres_EAN

     Le panonceau « Client suivant » est mis en place, je dis au-revoir à la dame, pense qu’il ne « faut pas décoder », mais plutôt partir au fond des bois à la recherche d’autres signes, à lire dans le grand livre de la nature. Pour mes lecteurs j’ajoute un amical « au-revoir et à bientôt ! »

N.B.  La nature ne causerait donc qu’en barres. Point du tout, elle parle. Parle en points :

lichens sur écorce

     Ces lichens en cercles sur écorces en témoignent. Et histoire de terminer l’article que vous pensiez clos depuis trois lignes, j’ajoute : points-barre ou point/barre !

6 réflexions au sujet de « Au Bazar de l’Hôtel de Vie »

  1. voirdit

    Jeandler,
    La crainte du code barre ADN c’est un peu la peur de l’inconnu quand les barres parallèles nous sont familières, mais nous ne devons pas avoir peur de la science, seulement de certains de ses usages. Espoir pour nous tous !

    J'aime

    Répondre
  2. Coumarine

    Tes billets ainsi que les photos qui les illustrent sont super ORIGINAUX
    J’ai rêvé un peu en te lisant…et cela fait du bien
    Je penserai à tes mots ce matin en allant faire mes courses, quand la vendeuse scannera mes articles…

    J'aime

    Répondre
  3. Voirdit

    Mes billets ne sont originaux que si l’inspiration veut bien venir et elle connaît, comme le printemps, des avancées et reculs imprévisibles. Quant aux scans des caissières il est bon de penser à elles de temps à autre autrement qu’en client tellement impatient qu’il en oublierait parfois sa dignité humaine. Si l’une ou l’autre des caissières, l’un et l’autre de mes lectrice et lecteur ont en tête la sérénité et la paix susceptibles d’avoir été induites par l’un de mes billets alors l’attente sera un moment heureux. Tant mieux si cela est, et merci à toi, Coumarine, de contribuer à cela.

    J'aime

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s