Circonvolutions

     Ces mots étranges qui invitent à parler autour, en circonlocution donc, conviennent assez à l’esprit de ce blog apparemment sans queue ni tête qui comme l’abeille butine ici et là. Peut-être après tout l’ordinaire fonctionnement cérébral qui à partir de sensations multiples organise tant bien que mal une pelote parfois bien ficelée. Ainsi a procédé l’antique apothicaire fort de la théorie des signatures, ainsi l’écrivain sculpte  des images dans le corps des phrases.

     Pas si étonnant en la circonstance qu’après l’abondance d’eau qui permît l’apparition de nombreuses trémelles et autres champignons apparentés me soit venue au cerveau circonvolutionné comme on sait, l’image non de la noix, mais une autre plus étonnante. D’abord la trémelle.

Tremella mesenterica

     Cette trémelle mésentérique (Tremella mesenterica Retz) est bien plaisante à voir sinon à toucher. Couleur plus ou moins orangée, toucher gélatineux et tremblant. Apparaît sur bois de feuillus, mort ou non, aux périodes fraîches et humides. D’une famille proche, celle des Auriculariaceae, on rencontre parfois, aux mêmes périodes, mais sur du bois mort et la plupart du temps du bois de sureau, lAuricularia auricula-judae Wettstein ou Oreille de Judas. Par grande pluie elle accroche ses oreilles plus ou moins translucides, gélatineuses violacées-ocrées sur le bois nu qu’elle envahit en quelques heures alors que la sécheresse la recroqueville au point de la rendre quasiment invisible. Séchée et réduite en poudre elle rivalise tout à fait avec sa cousine asiatique dans la préparation des sauces auxquelles elle donne texture.

oreille de Judas

     Mais c’est bien vers la trémelle que ma pensée s’est orientée ce dimanche 15 juin 2008 à Reims. Car je l’avoue maintenant l’idée associée est partie de là et non de l’inverse, elle a pris naissance d’abord à cause de la couleur et ensuite de la forme. Ce purent être des voix -nous Rémois fêtions alors Jeanne d’Arc- et donc un renvoi inattendu vers les oreilles de Judas (sa traîtrise vaut bien celle de Cauchon) était dans l’ordre des choses, mais non ce furent des formes virevoltantes et des couleurs vives et chatoyantes qui firent surgir la trémelle en image de fond d’écran dans ma mémoire. Je vous les livre.

robes de danse

danses folkloriques du Vénézuela

     Par beau temps elles colonisent le macadam en groupes compacts. Les circonvolutions dessous la taille présentent des marges ourlées pourprées sur fond translucide orangé. La pluie, qu’elles craignent, les rend d’humeur maussade. Leur toucher est … non gélatineux, non tremblant ?

Ne m’en veuillez pas de ce commentaire imparfait : c’est la première description de l’espèce et rédigée en français elle ne sera pas recevable. Et sans elles pourtant, sans l’attrait du mouvement et des couleurs mon esprit n’aurait pas vagabondé vers la trémelle. C’est pourquoi lorsque j’ai l’air songeur et que ma femme, faute de réponse me dit : « à quoi penses-tu ? », je n’ai pas toujours la possibilité de donner une explication logique au cours de ma pensée. Peut-être ai-je des circonvolutions cérébrales contournées ? Ayez s.v.p. l’amabilité d’y songer dans la suite de la lecture de ce blog.

    Château de Montmirail, 19 juin 1940, Ernst Jünger songe :

     « …Des vitres à travers lesquelles je contemple cette image, celle du milieu a éclaté de telle façon que le morceau resté dans le mastic reproduit exactement en silhouette la tête de la reine Victoria. Sa bouche un peu hautaine est figurée par une délicate fêlure du verre. »

Ernst Jünger, Jardins et routes, Plon, 1942.

 

4 réflexions au sujet de « Circonvolutions »

  1. La passante

    Jouer avec les mots est un plaisir que je ne me refuse jamais …

    Les votres me font rêver, chic, allant dans un sentier par moi non encore exploré …
    Jûnger, oui, je connais …mais la Tremella mesenterica Retz…l’oreille de judas… et cet eclatant mélange de champignons et de jupons ! quelles suberbes photos !

    Pourquoi chercherais-je une logique à vos pensées baroques, à vos phrases jaillissantes pleines d’éclats de lumière ? je me laisse porter par elles, et les savoure !
    Bien amicalement

    J'aime

    Répondre
  2. voirdit

    Eclatant mélange de champignons et de jupons écrivez-vous après-moi. Vous savourez et heureusement que je n’ai pas laissé dans la sauce trop de fils de trame ou de chaîne… En tous cas j’espère encore vous surpendre et vous savez trop que des goûts et des couleurs…. Amical souvenir.

    J'aime

    Répondre
  3. voirdit

    à Mathilde,
    Le fonctionnement cérébral a ceci de singulier qu’il offre toute possibilité de liens ou de ruptures. Que des lecteurs me lisent et de plus me le disent, en un mot comme en cent, m’assure de ces liens contre toute rupture. Merci à toi Mathilde et à tous les autres.

    J'aime

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s