Merops apiaster L. : pour un portrait haut en couleurs

     Le nom français dit son mode alimentaire et localise l’espèce : Guêpier d’Europe. Il se peut que vous ne l’ayez jamais vu en France septentrionale car il y niche ou y séjourne localement seulement, depuis la fin des années soixante, quittant alors le couloir rhôdanien entre Avignon et le delta, sa zone de prédilection.

     Grégaire il ne passe pas inaperçu. Son vol d’abord, rapides ascensions, brusques virages, longs vol planés attirent l’oeil. Son perchement aussi sur de vieilles tiges sèches, des brindilles, des fils téléphoniques que souvent il fait ployer. Son chant permanent que vous n’oublierez plus sitôt entendu : comme un gazouillis ample, un peu roulant, liquide et qui pourrait trouver dans cette écriture une approche phonétique = kruii, kruik, gruil….répétés à l’infini par la meute en jeux, en chasse.

    L’individu est gracile, de forme allongée, de taille entre merle et tourterelle. Une paire de jumelles au thorax n’est pas de trop pour espérer distinguer un bec long et pointu à peine courbé et une queue effilée elle-même prolongée d’une pointe, comme une signature supplémentaire. La paire de jumelles est une précaution car le sujet est craintif et capricieux, un jour il s’approchera à dix mètres et le lendemain s’envolera à cinquante. Ou rentrera dans son terrier. Oui vous avez bien lu cet oiseau creuse des galeries à l’aplomb d’une berge, d’une falaise, profondes d’environ 2 mètres et parfois un peu plus, au fond desquelles il installe son nid. A force de l’écouter, de l’observer, de noter son comportement on finit par se languir de ce bel oiseau qui hélas disparaît au milieu d’août après un court séjour d’environ six à huit semaines. Pour moi il chante désormais l’été, depuis qu’il a pris l’habitude de nicher dans les ballastières abandonnées des terrasses de l’Aisne ou des sablières avoisinantes.

     Je sens que cette description commence à vous agacer car vous attendez son portrait photographique. Bien sûr il vient. Vais-je vous décrire ou vous laisser contempler ses splendides couleurs tropicales ? Par facilité, pour le plaisir des yeux, je vous les montre de suite, vous laissant le soin de tourner les pages d’un manuel d’ornithologie pour préciser ces lignes.

couple de guêpiers d'Europe

guêpier d'Europe

groupe de guêpiers

     Encore une ? J’ai tiré le portrait de cet oiseau magnifique après une longue attente, plusieurs heures à guetter immobile et dissimulé, peu après le lever d’un jour d’été, un affût d’incertitude puis, magique, imprévisible, merveilleux cadeau de la nature la pose soudaine d’un individu sur une tige de bouillon blanc (Verbascum trapsus).

guépier d'Europe

     Serait-ce une aile d’oiseau de cette espèce que Dürer a peinte en 1512 ? Non mais celle d’une espèce voisine, le rollier d’Europe aux couleurs tout aussi prononcées. Cette peinture au pinceau, encre et aquarelle sur parchemin est conservée à l’Albertina de Vienne et je la tire de l’ouvrage :

Madeleine Pinault, le peintre et l’histoire naturelle, Flammarion, 1990, p. 188.

rollier d'Europe par DÛrer en 1512

et voici le guêpier vu par John Gould en 1867 :

guêpiers par J. Gould en 1867

in « Les oiseaux, John Gould, CELIV, Paris, 1987, p. 60

A défaut de le contempler de visu, que ceux qui rêvent en couleurs l’engrangent dans leur mémoire et que ceux qui rêvent en noir et blanc reviennent une autre fois sur cette page !

Cette année, en ce mois de mai 2009, un aimable internaute m’offre l’une de ses photographies récentes, un portrait en gros plan, afin que nous partagions ensemble les joies de la découverte et de la photographie de cet oiseau. Je remercie par ces lignes l’auteur, M. Frédéric Florentin.

portrait d'un guêpier d'Europe

7 réflexions au sujet de « Merops apiaster L. : pour un portrait haut en couleurs »

  1. voirdit

    à Coumarine,
    Eh oui. 3 heures, entre aube et début de matinée. Camouflé par un filet et bougeant le moins possible. On ne s’imagine jamais de quelle ‘patience et longueur de temps’ s’arment les chasseurs photographes. Et souvent le résultat n’est pas à la hauteur de l’attente.
    à Corinne et Mathilde,
    Merci pour vos compliments. J’avais été informé du lieu de nidification. L’autre moyen serait de suivre une bande à la jumelle et de deviner leur lieu de nidification par recoupements successifs des trajectoires. Le premier moyen fait gagner du temps. Ensuite il faut ne pas déranger et imaginer en conséquence tout moyen à mettre en oeuvre pour ce résultat, y compris des moyens techniques tels que déclenchement radio-commandé, cellules radars et autres. Le respect de l’animal est toujours à inscrire en priorité. Dans certains cas la qualité de l’appareil importe moins que les circonstances.

    J'aime

    Répondre
  2. jeandler

    Quelle patience mais le résultat est là, incontestable, pour une superbe note. J’avais aperçu de ces guêpiers au sommet du Griou, dans le Cantal, infesté de guêpes par ailleurs, dans ces pierres chaudes et sonores (phonolithes).
    Je n’ai pas cette patience, bien que souvent armé de jumelles, et mes connaissances en ornithologie, comme en bien d’autres domaines, sont bien pauvres. Mais n’est-ce pas un plaisir que chaque jour apprendre des choses nouvelles? J’ai eu la chance de consacrer ma vie (et pas seulement professionnelle!) à cela. Merci de ce partage.

    J'aime

    Répondre
  3. voirdit

    à Pierre,
    Un vrai plaisir partagé. Le savoir en tant que tel et pour soi a-t-il réellement de l’intérêt ? Je ne le crois pas et le plaisir de faire connaître est tel qu’il supplante toute thésaurisation. La difficulté est parfois de vulgariser ses connaissances avec habileté. Merci de m’écrire avec élégance que je suis parvenu dans cette note ornithologique à donner le goût d’apprendre quelque chose de nouveau. Il est vrai que dans ma carrière partiellement enseignante j’ai toujours éprouvé une vive satisfaction à partager plus qu’à diffuser du savoir et que ma joie était grande d’entendre des élèves me dire que je les passionnais (pas à chaque cours, certes et hélas !). 

    J'aime

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s