Pavie, 1525 et l’amertume. Ou 1664 et le « Strisselspalt » ?

     En 1531 les Etats-Généraux réunis à Bruxelles offrent à l’empereur Charles-Quint une tapisserie tissée d’après les cartons de Bernard van Orley. La tenture composée de sept tapisseries est destinée à commémorer la victoire de Pavie contre François Ier le 24 février 1525. 

     Naguère les écoliers français connaissaient la teneur de la lettre que le roi de France, fait prisonnier lors de la bataille, écrivit à sa mère Louise de Savoie :

« Madame pour vous faire savoir comment se porte le reste de mon infortune, de toutes choses ne m’est demeuré que l’honneur et la vie qui est sauve ».

     Observant la reproduction partielle de l’une de ces tapisseries je constate qu’un cheval a les yeux bleus et qu’une grande liane de houblon serpente sur l’un des troncs d’arbre entre lesquels se cachent ou passent les soldats. Sans doute ce houblon est-il figuré volontairement. Serait-ce en raison de l’amertume dans laquelle était plongée l’armée française par référence à la même amertume que procure cette plante à la bière ? Peu probable. Serait-ce parce que ses tiges piquantes et agrippantes enserrent leur support, le rendant de la sorte prisonnier ? Peut-être, mais sans doute s’agit-il plutôt d’un écho à l’usage pharmaceutique du houblon qui est antispasmodique.

     Voici le fragment de la tapisserie tel que je le reproduis à partir d’un article de Céline Lefranc, intitulé « La revanche de François Ier » et publié dans la revue ‘Connaissance des Arts’, n° 565, octobre 1999, p.60-63 :

tapisserie de la Victoire de Pavie et houblon

houblon

     Le houblon, Humulus lupulus, liane de la famille des cannabinacées, commune le long des bordures humides de bosquets et bois clairs, présente des pieds mâles et des pieds femelles aux fleurs différentes. Les fleurs mâles sont disposées en inflorescence rameuse tandis que les femelles forment des cônes ou strobiles globuleux ; ce sont elles qui sont ajoutées à la bière et qui lui donnent son goût propre.

cône de fleurs femelles du houblon

cône du houblon = fleurs femelles

fleurs mâles du houblon

fleurs mâles du houblon

      Soudain, à la lecture de mon quotidien préféré me vient un doute. Le 2 septembre dernier ‘Le Monde’ publie un écart publicitaire de ‘Fred et Farid Advertising’ vantant les mérites 5 étoiles, à l’image du ‘Negresco’, du houblon « Strisselspalt » employé lors du brassage de la bière ‘Kronenbourg 1664’. Alors je ne sais plus trop si s’agissant des pieds de houblon qui envahissent le revers de ma haie et le ravin du Mourson, je dois retenir 1525 ou 1664. Autrefois un petit voisin ayant trouvé une capsule de ‘1664’ pensait avoir en mains une antique ferraille. Moi je nage dans la mousse, heureux de découvrir cette variété « Strisselspalt ». Et je trinque à la bonne vôtre, avec mon voisin.

publicité pour la bière 1664

     Déjà un peu d’alcool a exité mes cellules nerveuses. Derrière les arbustes de la haie défilent des dizaines de lansquenets et autres mercenaires de toutes nations, ils se faufilent en criant des harros, des montjoie, cherchant le panache blanc, le cheval à l’oeil bleu. Leurs bannières portent 1664 et 1525 et même 2009. O tempore, O mores !

3 réflexions au sujet de « Pavie, 1525 et l’amertume. Ou 1664 et le « Strisselspalt » ? »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s