Ambiances d’hiver

     Evidemment ce peut être le brouillard avec le risque de ne rien voir, avec cependant la possibilité de suggérer, de rendre compte autrement. Par exemple la tour du Palais communal de Sienne, ou les champs cultivés qui furent de bataille sur le Chemin des Dames et qui prennent alors un sens particulier auquel la pleine lumière n’aurait pas fait songer.

brouillard sur la tour de Sienne

brouillard sur le Chemin des Dames

     Davantage carte postale l’église ou le paysage sous la neige demeurent charmants. Toujours ils évoquent la première neige attendue des jours d’enfance, la valeur ajoutée au convenu, à ce que l’on ne regarde plus parce qu’on le voit chaque jour.

église de Paissy sous la neige

Ravin du Mourson à Paissy sous la neige

     Mais au fond, lorsqu’il s’agit de restituer une ambiance, de raconter, de laisser sourdre des émotions cachées dans des souvenirs masqués est-il rien de mieux que l’habileté du peintre ? Le thème de l’hiver et de la neige est l’un des plus abondants et vous avez sans doute en mémoire l’un ou l’autre de ces tableaux. En mémoire de mon ami Raymond Buttner je clos ces ambiances d’hiver par l’une de ses suites qu’il affectionnait. Détrempe et gouache sur papier teinté, beaucoup de sobriété et de vérité pour évoquer ici l’hiver dans un paysage de bosquet germinois.

gouache d'un sous-bois sous la neige

4 réflexions au sujet de « Ambiances d’hiver »

  1. voirdit

    Le Chemin des Dames sera souvent présent sur ce blog dans une atmosphère paisible le plus souvent, avec toutefois quelques renvois à la période de guerre qui l’a tant défiguré et dont de multiples cicatrices subsistent. Quant aux peintures de feu mon ami R. Buttner elles illumineront mes propos de temps à autre.

    J'aime

    Répondre
  2. Stéphane MONART

    Les fantômes des soldats laissent trainer leurs voiles
    Les pieds trop lourds, ils ne peuvent quitter la plaine.
    Les pas des soldats ont depuis longtemps disparu de la toile.
    Les sillons droits du labour, essayent d’oublier la peine.

    J'aime

    Répondre
  3. voirdit

    Merci pour eux. Sur ce champ de bataille pas d’oubli pour les indigènes qui chaque jour décèlent encore des vestiges des combats.
    [Craonne] « …Ce fut là que, fermes anneaux de la chaîne imbriquée où tombe en vain le coup longuement prémédité, -coeurs dignes de l’honneur et de l’épreuve, nous aidâmes à maintenir les lignes le lond de l’Aisne. »
    Alan Seeger, poème : « l’Aisne, 1914-1915 » in Alan Seeger, le poète de la légion étrangère. Paris, Payot, 1918, p. 229

    J'aime

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s