Archives mensuelles : octobre 2008

Lumières d’automne.

     Dans le théâtre de roches, décor évolutif et grandiose pour pensées vagabondes, les rayons d’un soleil rasant burinent et sculptent les calcaires d’anciennes mers, agitent des guirlandes de lierre, mâts d’un havre repéré.

roches et lierres

enfilade de guirlandes de lierre

voûte et lierres

     Dans la quiétude du couchant, silencieux comme il se doit, froufroutant à peine comme l’aile de la hulotte, un ange passe, se réfugie dans le corridor du souterrain : je le cherche puis l’oublie.  

entrée ou sortie de souterrain refuge

     Vais-je appuyer sur la bonne case pour libérer mon djinn ? Serai-je le pigeon du boulin comme qui dirait le dindon de la farce ?

anciens boulins de pigeons

mangeoires dans la roche

     Où tout cela peut-il conduire ? A quelques mètres, perché sur le sumac de Virginie, le grand oiseau de feu va sans nul doute me renseigner :

feuilles d'automne du sumac

-demande aux enfants ! s’exclame-t-il tout feu tout flamme.

     Je sais bien qu’ils ont levé le camp d’été, que l’accumulation des feuilles brouille la piste près de la cabane vite bâtie en août :

cabane d'été en automne

 

et que les jouets sont remisés dans l’ancien four à pain, attendant la venue des joies enfantines clamées dans la roche qui leur fait écho :

remise à jouets dans la creute

     Tout cela est de la faute de celles qui subitement se colorent en rouge, s’empourprent sans raison autre que de passer le temps

de pourpre vêtues

alors je préfère m’éloigner, voir le jour décliner,

coucher de soleil d'octobre

 tirer un peu la couette duveteuse des clématites en lianes

clématites en lianes indigènes

et une dernière fois contempler les faisceaux orangés des spots du couchant qui embrasent les frênes de la creute aux blaireaux près de l’antre des renardeaux :

rayons de feu sur écorce de frêne

chut ! tout s’endort enfin dans la paix d’un soir d’automne.

« Pendant que, déployant ses voiles,

l’ombre,ou se mêle une rumeur,

s’emble élargir jusqu’aux étoiles

le geste auguste du semeur ».

Victor Hugo, Les chansons des rues et des bois, Paris, Hachette, 1879, p.272

 

 

Coquetteries

fougères scolopendres

     A l’abri des regards, dans le bosquet près de la creute aux blaireaux, longuement elles se préparent puis vérifient leur apparence en ce miroir d’eau d’un jour sans vent. Sans doute ne vont-elles pas me tirer leur « langues de cerf » lancéolées mais bien plutôt disposer à ma vue, comme si de rien n’était, leurs jeunes frondes qu’elles tournent en accroche-coeurs pour midinettes.

jeunes frondes de scolopendres

     Apparemment peu convaincues de l’effet tant espéré elles se mettent alors à danser, siffler, dodeliner du chef, certaines de leurs appas.

frondes érigées

     A ce manège de najas je fais mine de ne rien voir. Alors d’un coup d’un seul et dans un geste élégant, subrepticement me montrent leurs dessous. Il faut bien que jeunesse se passe. Et puis avouez que cet ordonnancement brun-orangé, ces lignes disposées en feuilles de fougères, annoncent immanquablement un travail de professionnelles : elles ont gagné ces sirènes, mon coeur chaloupe et s’emballe ; elles connaissent la faiblesse du poète, la bonhommie des sylves et la vigueur des passions inassouvies.

sporanges de scolopendres

     Mais là comme ailleurs la concurrence est rude et l’une d’elles tente encore de raffler la mise dans la surabondance d’un goût douteux. Oh oui, assurément elle en rajoute :

effet de perturbation sur frondes

     Redevenons sérieux. Que se passe-t-il ici ? Je ne sais trop. Ces ruptures de direction dans les cellules apicales qui s’orientent en plan orthogonal, ces découpes multiples des extrêmités qui se divisent en fractales ou par dichotomie évoquent une perturbation par hormones, par virus ou par transmission de maladies dues à un insecte vecteur. Bien fait ! Diriez-vous par anthropisme exagéré, le vice est toujours vaincu par la vertu. N’empêche, j’aimerais en savoir plus, comprendre la cause derrière l’effet. Je constate la déformation initiale : d’une fronde en faire deux, toujours le besoin d’en rajouter. Mais je suis mauvaise langue d’écrire que nous sommes ainsi en présence d’une langue, non de cerf, mais de vipère.

     division apicale de fronde

Et vous, ami(e)s, qu’en pensez-vous ?

     A ce moment de l’année elles semblent pourtant spécialement en forme après un été frais et humide qui convenait parfaitement à leurs exigences et leur mise éclatante s’en ressent. Sur environ 300 pieds seuls 3 présentent ces anomalies, ce qui correspond à environ 1% de l’effectif, pourcentage bien faible.

     Sans doute est-ce raisonnable de penser que l’anomalie va disparaître d’elle-même. En décembre dernier, j’ai pour la première fois observé (cela fait six ans que je suis ce peuplement) que les blaireaux ont ravagé presque totalement les pieds situés à proximité de leurs terriers dans les creutes pour rendre confortables leurs ‘nids’, coupant et transportant les frondes séchées comme on le devine sur la photographie ci-dessous :

scolopendres coupés par les blaireaux

A moins que ce ne soit à titre médicinal ? On sait en effet qu’autrefois un bon matelas de fougères était fort apprécié.

     Toujours est-il que faute de combattants les minauderies cessent séance tenante et que bientôt un édredon de neige va revêtir ces belles pour quelques jours ou semaines, comme je l’ai déjà présenté sur ce blog en date du 28 février. Alors, comme ce sont des stars, l’une d’elles me fait un (dernier ?) caprice : elle se prend pour une étoile des neiges !

scolopendre et neige

 

     Qu’écrire encore ? Son nom bien sûr. Il s’agit de Phyllitis scolopendrium (L.) et en français Scolopendre ou Langue-de-cerf. Autrefois officinale (Herba linguae cervinae) la plante était utilisée contre les affections hépatiques, la diarrhée et la dysenterie. On lui prêtait aussi quelque vertu contre bronchites et tuberculose. Cette fougère aime avant tout les sous-bois sombres et humides sur pentes d’éboulis calcaires. On la trouvera donc aussi dans les ruines d’anciens bâtiments ou les entrées de puits. De jeunes pieds se sont établis dans les canaux anciens de circulation d’eau à l’intérieur du banc du lutétien moyen, bien abrités en ces cavités aujourd’hui mises à jour à l’intérieur de quelques parois de nos creutes, comme on le constate ici :

jeune pied de scolopendre dans une creute

La langue-de-cerf, en ses goguettes et goguenarde, dans tous ses états, vous tire la langue et vous salue.

Merops apiaster L. : pour un portrait haut en couleurs

     Le nom français dit son mode alimentaire et localise l’espèce : Guêpier d’Europe. Il se peut que vous ne l’ayez jamais vu en France septentrionale car il y niche ou y séjourne localement seulement, depuis la fin des années soixante, quittant alors le couloir rhôdanien entre Avignon et le delta, sa zone de prédilection.

     Grégaire il ne passe pas inaperçu. Son vol d’abord, rapides ascensions, brusques virages, longs vol planés attirent l’oeil. Son perchement aussi sur de vieilles tiges sèches, des brindilles, des fils téléphoniques que souvent il fait ployer. Son chant permanent que vous n’oublierez plus sitôt entendu : comme un gazouillis ample, un peu roulant, liquide et qui pourrait trouver dans cette écriture une approche phonétique = kruii, kruik, gruil….répétés à l’infini par la meute en jeux, en chasse.

    L’individu est gracile, de forme allongée, de taille entre merle et tourterelle. Une paire de jumelles au thorax n’est pas de trop pour espérer distinguer un bec long et pointu à peine courbé et une queue effilée elle-même prolongée d’une pointe, comme une signature supplémentaire. La paire de jumelles est une précaution car le sujet est craintif et capricieux, un jour il s’approchera à dix mètres et le lendemain s’envolera à cinquante. Ou rentrera dans son terrier. Oui vous avez bien lu cet oiseau creuse des galeries à l’aplomb d’une berge, d’une falaise, profondes d’environ 2 mètres et parfois un peu plus, au fond desquelles il installe son nid. A force de l’écouter, de l’observer, de noter son comportement on finit par se languir de ce bel oiseau qui hélas disparaît au milieu d’août après un court séjour d’environ six à huit semaines. Pour moi il chante désormais l’été, depuis qu’il a pris l’habitude de nicher dans les ballastières abandonnées des terrasses de l’Aisne ou des sablières avoisinantes.

     Je sens que cette description commence à vous agacer car vous attendez son portrait photographique. Bien sûr il vient. Vais-je vous décrire ou vous laisser contempler ses splendides couleurs tropicales ? Par facilité, pour le plaisir des yeux, je vous les montre de suite, vous laissant le soin de tourner les pages d’un manuel d’ornithologie pour préciser ces lignes.

couple de guêpiers d'Europe

guêpier d'Europe

groupe de guêpiers

     Encore une ? J’ai tiré le portrait de cet oiseau magnifique après une longue attente, plusieurs heures à guetter immobile et dissimulé, peu après le lever d’un jour d’été, un affût d’incertitude puis, magique, imprévisible, merveilleux cadeau de la nature la pose soudaine d’un individu sur une tige de bouillon blanc (Verbascum trapsus).

guépier d'Europe

     Serait-ce une aile d’oiseau de cette espèce que Dürer a peinte en 1512 ? Non mais celle d’une espèce voisine, le rollier d’Europe aux couleurs tout aussi prononcées. Cette peinture au pinceau, encre et aquarelle sur parchemin est conservée à l’Albertina de Vienne et je la tire de l’ouvrage :

Madeleine Pinault, le peintre et l’histoire naturelle, Flammarion, 1990, p. 188.

rollier d'Europe par DÛrer en 1512

et voici le guêpier vu par John Gould en 1867 :

guêpiers par J. Gould en 1867

in « Les oiseaux, John Gould, CELIV, Paris, 1987, p. 60

A défaut de le contempler de visu, que ceux qui rêvent en couleurs l’engrangent dans leur mémoire et que ceux qui rêvent en noir et blanc reviennent une autre fois sur cette page !

Cette année, en ce mois de mai 2009, un aimable internaute m’offre l’une de ses photographies récentes, un portrait en gros plan, afin que nous partagions ensemble les joies de la découverte et de la photographie de cet oiseau. Je remercie par ces lignes l’auteur, M. Frédéric Florentin.

portrait d'un guêpier d'Europe