Archives du mot-clé Jeanne d’Arc

Reims et Jeanne d’Arc : épisode 2 = histoire locale

           Elle part, s’enfuit presque pour obéir à ses voix, n’a qu’environ 17 ans, parvient peu à peu à constituer une petite troupe de chevaliers armés qui grossit en chemin. Nous sommes à la fin de l’hiver 1429. Sa chevauchée est bien connue, des plaques commémoratives nous rappellent les lieux de son séjour ou passage. Elle rencontre son ‘gentil Dauphin’ le 6 mars à Chinon, puis Orléans est libéré le 8 mai !

            Le vendredi 15 juillet des négociations ont cours dans la forteresse de Sept-Saulx,   appartenance de l’archevêque de Reims, au sujet de la soumission de Reims. Et le 17 juillet Charles VII est sacré dans la cathédrale de Reims, la cérémonie est longue : 5 à 7 heures. Les parents de Jeanne sont venus pour l’occasion et ont logé à « L’Âne rayé » près du Palais épiscopal, Jeanne on ne sait où. Le roi et son entourage demeurent à Reims jusqu’au 21 où le cortège se rend à Corbeny dans le Laonnois proche où les rois ont coutume de toucher les malades atteints des écrouelles (scrofules) et ainsi de les guérir peut-être, preuve du pouvoir divin du roi que l’on dit alors « thaumaturge », c’est-à-dire qui a pouvoir de guérir, tel un saint. Puis le 22 juillet le cortège royal et militaire gagne Vailly-sur-Aisne, ville forte nouvellement échangée par le roi (1379) contre Mouzon, à l’archevêque de Reims. Là, on dort sur place et l’on reçoit la soumission de Laon, avant de gagner Soissons le lendemain. Voilà pour notre région, voilà pour l’essentiel de la mission de Jeanne, qui, – elle ne le sait pas, -a moins d’un an à vivre. Parmi les lettres qu’elle a pu envoyer aux Rémois nous avons connaissance de trois, dont l’une (écrite à Sully-sur-Loire le 16 mars 1430), après divers lieux de séjour, fut promise à la Ville de Reims et fut apportée à Jean Taittinger le 17 février 1970, elle est conservée aux Archives communales de la cité :

Du 15 au 18 juillet 1907 (après la béatification) des journées festives avec bénédiction de la statue « Jeanne au sacre » d’ivoire et d’or de la cathédrale due au sculpteur Prosper d’Epinay se déroulent à Reims. Il en sera de même après la canonisation (1920) dont la fête liturgique se célèbre le jour anniversaire de sa mort, le 30 mai ; ensuite à partir de 1921 sont organisées annuellement des cérémonies de diverse nature. On retiendra le retour de la statue du sculpteur Paul Dubois, sous les auspices de l’Académie Nationale de Reims (1921) et le don (souscription) par des Britanniques de la réplique de l’étendard de Jeanne à la cathédrale. Ce sont là les souvenirs tangibles et la mémoire de Jeanne à Reims.

statue par Prosper d’Epinay, cliché J.-P. Boureux

Dans la victoire elle demeura modeste et respectueuse de ses ennemis chaque fois que ce fut possible ; dans la défaite et les doutes elle fit preuve de la plus grande détermination et audace et ce jusque son exécution par le bûcher. Quelques-unes de ses répliques à ses juges, ironiques, percutantes et surprenantes, sont devenues célèbres à juste titre. Nous ne donnons ici qu’un extrait de la description qu’elle fait de son enfance, le jeudi 22 février 1431, deuxième séance publique du procès :

« Quand j’eus l’âge de treize ans, j’eus une voix de Dieu pour m’aider à me gouverner. Et la première fois j’eus grand peur. Et vint cette voix environ l’heure de midi, au temps de l’été, dans le jardin de mon père, en un jour de jeûne. Je n’avais pas jeûné la veille. J’ouïs la voix du côté droit vers l’église, et rarement je l’ouïs sans clarté. … »

statue par Paul Dubois sous la neige du 7 février 2018, cliché J.-P. Boureux

Documents utilisés = Abbé Jean Goy, brochure de la Direction des Relations publiques de la Ville de Reims, 1984, 28 p.    [dont illustration de la lettre avec la signature de Jeanne]     Jacques Trémolet de Villers; Jeanne d’Arc. Le procès de Rouen, Tempus, mai 2017, 361 p.

 

Jeanne d’Arc et Vailly-sur-Aisne

Jeanne d’Arc (6 janvier 1412 – 30 mai 1431) 

            Inutile de présenter cette femme d’exception, une des personnalités les plus attachantes de l’Histoire de France, de plus le sixième centenaire de sa naissance la met en avant de la scène ces jours derniers. Quantité d’auteurs ont tenté de retracer son parcours singulier ; des metteurs en scène, des peintres et des sculpteurs, des compositeurs modèlent d’elle des portraits sans cesse renouvelés. 

            Son séjour vaillysien, assuré, se place dans le contexte de la reconnaissance de Charles VII en tant que roi légitime de France. De toute évidence la royauté s’est servie de Jeanne dans la reconquête du pays et du pouvoir. Aussitôt le sacre reçu dans la tradition à Reims le roi se rend à Corbeny et manifeste son pouvoir potentiel de guérison au prieuré Saint-Marcoul lors de la cérémonie du toucher des écrouelles’. Il touche alors les malades de la peau en leur disant : « le roi te touche, Dieu te guérit ! » 

            Le cortège royal auquel se mêlaient alors les troupes des capitaines dans la mouvance de Jeanne d’Arc se rend ensuite à Soissons avec une halte à Vailly dans l’après-midi et la nuit des 22-23 juillet 1429. Il est probable que le trajet suivi fut celui de la vallée de l’Aisne, par Pontavert, Beaurieux, Bourg et le ‘chemin du Roy’ puis la ‘ porte de la Rivière’»  (avec des variantes ce parcours est commun aux sacres des rois et l’étape vaillysienne attestée plusieurs fois). La tradition orale rapporte que Jeanne a couché dans la maison du ‘coin Thierry’, cette demeure à colombages détruite par le feu en septembre 1914 est probablement la propriété de Thierry Quatresols, bourgeois de la ville mentionné par des actes écrits. C’est une possibilité parmi d’autres : l’archevêque de Reims, seigneur de Vailly depuis 1379 après l’échange de Vailly contre Mouzon avec le roi, possédait à Vailly des immeubles sis au long du ‘passage de l’église’ et en face du ‘coin Thierry’ sur l’espace devenu parvis, dont l’hôtel de l’homme sauvage’. Tenons-nous en à la tradition non vérifiée. Peu importe du reste puisque ces immeubles sont situés dans le même espace et que, surtout, ils ont disparu aujourd’hui à cause de la Première Guerre mondiale.

maison à colombages de Vailly

Maison médiévale du XV e siècle à Vailly, gravure de Truchy, fin XIX e siècle

De Vailly le roi envoie à Laon ses hérauts et lieutenants afin de recevoir la soumission de ladite ville, ce qui fut fait. 

Lisons une chronique du temps, celle dite ‘chronique de la pucelle’ et publiée en 1859 par Vallet de Viriville : « …de ladite église [Saint-Marcoul] il print son chemin à aller en une petite ville fermée appartenant à l’archevesque de Rheims nommée Vailly qui est à quatre lieues de Soissons et aussy quatre lieues de Laon. Et les habitans de ladite ville luy fisrent pleine obeyssance et le receurent grandement bien selon leur pouvoir et se logea pour le jour luy et son ost (armée), audist pays … » 

En 1929, « l’association nationale pour la commémoration du cinquième centenaire de l’épopée de Jeanne d’Arc » organise des cérémonies dans les lieux en lien direct avec Jeanne et une plaque –modèle n° 1 dit de Domrémy- est proposée en souscription. Vailly l’adopte et illustre ainsi, avec bien d’autres villes et villages de France, un trajet cumulé historique d’environ 5000 km.

plaque commémorative de Jeanne d'Arc à Vailly apposée en 1929

plaque commémorative apposée en 1929 sur le flanc d'une chapelle nord de l'église N.-D. de Vailly

Déjà en 1909, en lien avec la béatification solennelle de Jeanne, des fêtes johanniques s’étaient déroulées à Vailly ; le général Vignier a publié dans ses « Documents et souvenirs… » les pages que le journal ‘l’Argus soissonnais’ leur avait réservées et les cartophiles connaissent la longue série de photographies alors réalisées.

1909 fêtes jeanne d'Arc Vailly

Tirage d'un négatif sur plaque de verre ; fêtes Jeanne d'Arc de 1909 à Vailly

tirage d'un négatif sur plaque de verre, Vailly, 1909, fêtes 'Jeanne d'Arc'

Statue de Jeanne d'Arc en 1909 à Vailly

statue de Jeanne d'Arc présente dans l'église de Vailly en 1909 et disparue lors de la guerre

Pour conter Jeanne sur le registre de la chansons je me souviens de ‘Jeanne d’Arc‘ de Graeme Allwright et ces jours-ci me trottent en tête, lancinantes, les paroles d’Alain Souchon sur la musique de Laurent Voulzy que ces troubadours ont lancé ‘Jeanne’et que nos compatriotes attrapent avec bonheur :

« Et je chante ma peine                                                                                                                       loin de celle que j’aime                                                                                                                        l’âme pleine de                                                                                                                                     mélancolie »

Vous pouvez l’écouter par exemple et entre autre, ici : http://www.musictory.fr/musique/Laurent+Voulzy/Jeanne

Pour en savoir plus :

Colette Beaune, Jeanne d’Arc, vérités et légendes, Perrrin, ‘Tempus’, 247 p.                            Philippe Contamine, O. Bouzy, X. Hélary, Jeanne d’Arc, Histoire et dictionnaire, Robert Laffont, ‘Bouquins’, 1214 p.

Alain Vauge, J’ai nom Jeanne la Pucelle, journal d’une courte vie, Ed. Bénévent, 2012 http://jeannedarc.monsite-orange.fr/